Boxe : Volonté d’excellence chez nos pugilistes

La boxe algérienne, qui a d’honorables traditions et un prestige certain, devrait une fois encore et à l’occasion des JM d’Oran 2022 conforter sa belle réputation et sa volonté d’excellence. Dans un tournoi qui aura lieu au palais des expositions sis à Hai M’dina Jdida, qui tiendra lors des jeux une place privilégiée et devrait attirer régulièrement le grand public, du fait du spectacle de qualité, nos représentants, neuf au total, engagés dans neuf catégories de poids, ont une belle carte à jouer. Malgré l’absence de Mohamed Flissi, les Bouloudinat, Abdelli, Homri, Hamani, Touareg et Chouaib sont porteurs de beaucoup de promesses. Il y a fort à parier que les poulains du chevronnés coach Brahim Bedjaoui auront, malgré la grande rivalité, suffisamment d’orgueil pour être présents et bien dans le coup.
Ils se sont bien préparés ici en Algérie et à l’étranger (à Cuba et Tunis où ils ont brillé lors de très relevés tournois) et ont situé leurs belles possibilités actuelles comme l’ont fait déjà les regrettés Hocine Nini (57 kg) et Mohamed Missouri (75kg), brillants médaillés d’Oran des Jeux méditerranéens d’Alger de 75 et qui restent des références qui sont inscrites sur le fronton de la renommée de la boxe algérienne. Au chapitre féminin, la participation algérienne sera représentée par six filles, à savoir Imen Khelif, Hdjila Khelif, Fatiha Mansouri, Roumaissa Boualem, Fatma-Zohra Hadjala et Ichrak Chaib. Là aussi, le plateau sera relevé et nous permettra d’avoir une réelle idée sur le niveau de la composante drivée par l’entraîneur et ancien boxeur d’élite Kenzi.
Ce dernier mise sur au moins une médaille d’or, celle-là même que vise Imen Khelif la vice-championne du monde (médaille d’argent remportée au récent mondial d’Istanbul). Ichrak Chaib, médaille de bronze à Istanbul se sent elle aussi concernée par le podium.
 Abdenour Belkheir