Burkina faso : Manifestation contre l’insécurité à l’est du pays

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi dernier à Pama, chef-lieu de la province de la Kompienga, dans l’est du Burkina Faso, pour dénoncer l’insécurité dans cette zone. «Non à l’abandon de la province de la Kompienga», ont scandé des centaines de femmes et d’hommes devant le siège des autorités administratives de la province, selon des médias locaux. Les manifestants ont dénoncé «l’avancée du terrorisme à grand pas (qui) nous mène vers la disparition totale de la province de la Kompienga», appelant à «vite agir pour stopper ce phénomène», dans une lettre adressée au haut-commissaire, la plus haute autorité de la province. Le courrier, signé par des autorités religieuses, des organisations de la société civile et des chefferies traditionnelles, dénonce «une grande négligence et un délaissement de la part de l’Etat». Il pointe également «la fuite de toutes les autorités administratives et politiques de la province» vers la ville de Fada N’Gourma, chef-lieu de la région voisine de l’Est. «Cela fait cinq mois que la province de la Kompienga est coupée du reste du Burkina, assiégée par les groupes armés», écrivent les manifestants. Depuis février 2022, les antennes téléphoniques et les lignes électriques ont été sabotées par les groupes armés terroristes qui contrôlent également les principaux axes de cette province frontalière du Togo et du Bénin.