Halte-Canastel: Quartier où Khaled chantait la Camel

Ici, dans la partie est d’Oran, on est loin de l’effervescence populaire qui caractérise l’ancienne ville d’El Bahia. Les quartiers sont plus spacieux, moins fréquentés et moins bruyants comme c’est le cas à Canastel.
Le quartier résidentiel le plus ancien et le plus riche en villas de style colonial. Durant l’occupation française, il n’était habité que par la crème de la crème de la société européenne, française, espagnole, italienne… Des familles huppées qui avaient choisi cet endroit pour se détendre, loin du chahut de la ville. Le quartier, en effet, est très bien situé, donnant sur le front de mer d’un côté et d’un autre, sur la forêt baptisée Canastel également. Plus d’un siècle après, ce quartier attire toujours autant les riches. Pour construire dans le périmètre de ce quartier, il faut payer le prix, car le foncier se compte parmi les plus chers, pour ne pas dire le plus cher, dans la commune d’Oran. Des promenades ont été aménagées afin que les habitants et les visiteurs de passage puissent profiter pleinement de la baie bleue qui fait face. Des aires de jeux également, sont très nombreuses. On en voit une dans chaque coin de rue pratiquement. Les riches des temps modernes ont investi les lieux, imposant une architecture bien différente, plus tape-à-l’œil. Elles s’exposent aux regards tandis que les maisons de style colonial se font plus discrètes, cloîtrées pratiquement derrière les feuillages des jardins qui les entourent. De la rue, on a du mal à les apercevoir. Seuls les jardins sont visibles. Quant aux nouvelles maisons, si elles sont dotées de jardins, il est impossible de le savoir de l’extérieur. Une habituée des lieux déplore que les villas coloniales, au charme très raffiné, soient rasées pour édifier à leur place des habitations de haute stature, mais dénuées de ce charme particulier qui se dégage des anciennes maisons. N’empêche, certaines nouvelles constructions sont un plaisir pour l’œil et se comptent même parmi les maisons luxueuses à louer, au prix fort, durant la saison estivale, proposées sur les réseaux sociaux pour les touristes étrangers surtout. Ce n’est qu’en fin de journée que les habitants de ce quartier profitent de ses atouts. Très calme durant les heures les plus chaudes de la journée, le quartier s’anime quand le soleil commence à décliner. Le Front-de-mer est pratiquement le point de rencontre des familles. Mais la forêt également bien qu’elle ne soit plus aussi touffue que dans le temps. Certaines de ses parties ont été «grignotées» pour agrandir le quartier, mais cette forêt reste le poumon de la commune d’Oran. Il y a plusieurs années de cela, les «riches» de quartier avaient d’autres loisirs, nocturnes. Les boîtes de nuit et les cabarets ne manquaient pas, paraît-il, par ici où des stars de la chanson oranaise et d’el gasba y venaient pour animer des soirées. Le Casino notamment, le plus connu, où, autrefois, Khaled chantait.
 Farida Belkhiri