Circoncision des garçons nécessiteux : Les associations assurent la prise en charge

Circoncire les garçons pendant le mois de ramadan est une tradition sacrée dans  les familles algériennes. Dans  les hôpitaux ou les cliniques privées, l’opération est toujours programmée entre le 15è et le 27è jour du ramadhan (leilat el kadr), même ci elle peut être réalisée tout au long de l’année.

Pour les parents, ce mois a son charme car il est empreint d’une  l’atmosphère festive et très conviviale. Le rituel  prend  parfois  l’allure d’une cérémonie de mariage. Pour les petites et moyennes bourses, la circoncision est assurée par des associations  caritatives  qui organisent à cet effet  des campagnes collectives. C’est le cas de l’association « Sanabil el El khir », qui a clôturé sa liste  le 15 du mois en cours et ou figure  une vingtaine de familles qui ont émis le vœu  circoncire leurs garçons. L’association reconduit l’opération durant chaque ramadhan, en faveur des enfants issus de familles nécessiteuses. Une équipe médicale se charge de la chirurgie dans une  clinique privée et organisera une fête en l’honneur des familles et des  garçons, quelques jours après l’opération. L’association assure aussi aux  enfants, une sortie chez le coiffeur à titre gratuit dans le quartier  Belouizded.
Impliquée dans les actions caritatives, le groupe « Ness El Khir », se charge   de la prise en charge de plusieurs garçons circoncis. Il prévoit aussi une  cérémonie identique notamment  à Annaba, Biskra, et Médéa, où   plusieurs garçons démunis, ou orphelins ont été circoncis. Mais depuis quelques années, les services sociaux des APC  et  des associations caritatives prennent aussi  en charge la circoncision de cette catégorie d’enfants. Les deux  associations se chargent aussi de l’achat de tenues traditionnelles (gandoura, terbouche, babouche …) pour les garçons circoncis, et assurent le transport à l’hôpital, et les frais de la circoncision et de la fête. Pour cette année, les opérations de circoncisions collectives ont été réparties sur plusieurs jours du mois de ramadhan. A ce propos , le ministère de la Santé a indiqué, dans un communiqué, qu’ « il est strictement interdit » de pratiquer la circoncision des enfants en dehors des services chirurgicaux des établissements hospitaliers publics et des cliniques privées et ce, sur tout le territoire national ».
Le ministère souligne   que la réglementation en vigueur exige à ce que l’opération de circoncision soit effectuée par un spécialiste en chirurgie en milieu hospitalier, où sont réunies toutes les conditions médicales. La  réglementation exige un bilan sanguin effectué peu avant  avant la circoncision pour assurer au chirurgien l’absence de toutes contre-indications médicales.
Rym Harhoura