CNRST : Définir les politiques nationales

 Alors qu’il existait  depuis 1992 dans les textes législatifs, ce n’est que maintenant que le conseil national de la recherche scientifique et des technologies « CNRST » peut être opérationnel.

Constitué d’une quarantaine  de membres  dont 8 choisis parmi les compétences scientifiques nationales résidant à l’étranger,  le Conseil qui a un statut d’un organe constitutionnel est chargé de définir les grandes orientations de la politique nationale de recherche scientifique et de développement technologique.
Sa mission consiste à émettre également des avis et recommandations  notamment  sur le plan national de développement, de définir les priorités entre les programmes nationaux de recherche, la promotion de l’innovation en milieu universitaire et son intégration au développement socio-économique…   Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, a souligné l’importance que revêt cet organe soulignant  qu’il s’agit de  la plus  haute instance de la recherche dans le pays. « L’objectif  est qu’elle puisse apporter sa contribution au développement  aussi bien de la recherche fondamentale que de la recherche appliquée et  même de la recherche développement. Ce qui est attendu est de  développer la recherche et  la  mettre au service du développement économique  et des  différents secteurs en particulier ceux  qui apportent une valeur ajoutée au pays », a-t-il dit.   Pour se faire « il est impératif qu’il y ait une plus grande coordination  en vue d’apporter la valeur ajoutée, en s’inscrivant en droit  ligne des orientations du président de la République  qui met la recherche et l’enseignement supérieur   comme priorité ».  Et de rappeler  dans cette optique que ce Conseil a été installé en présence de chercheurs algériens en Algérie et  ceux résidant à l’étranger  venus apporter leur contribution au développement de notre pays.
Pour sa part, le président du CNRST, Mohamed Tahar Ayadlya a souligné que le Conseil dans sa nouvelle version  œuvre à apporter sa contribution en matière de développement de la recherche scientifique et  l’amélioration du classement de l’Algérie sur  le rang international. Notant que l’Algérie se classe à la 57 e au niveau  mondial, il a souligné que le problème se situe surtout dans la valorisation de la recherche et de produits scientifiques. «Le CNRST  est un organe consultatif qui donnera les grandes orientations aux décideurs et les solutions permettant d’améliorer le fonctionnement de nos institutions et les conditions de vie de nos citoyens», a-t-il précisé.
W. O. H