Colonel-Lotfi : Un appendice urbain moderne

LE QUARTIER DIT COLONEL-LOTFI est une agglomération urbaine située à Oran-Est. Il existe depuis une vingtaine d’années, faisant ainsi partie de l’extension qu’a connue la ville d’Oran-Est autour de son noyau, à savoir l’ancienne ville. Dès l’entame du quartier, le minaret et le dôme de la grande mosquée d’Oran surgissent sur le flanc droit. Elle ressemble, grosso modo, à la Grande mosquée d’Alger. Un vrai joyau architectural.

Etant un quartier moderne en pleine extension, Colonel-Lofti se démarque par la largeur importante de ses rues et la grandeur de ses ronds-points. Ce qui explique la fluidité relative de la circulation routière dans ce quartier conduisant à un pôle urbain émergent. Aussi, les nouvelles constructions, notamment les tours, font-elles le cachet «moderne» du quartier en question avec un tissu urbain homogène et une touche esthétique. Les routes et les trottoirs, plus ou moins, propres, sont dignes d’une ville qui se veut de business et de tourisme par excellence. Ici, la population semble affectionner le nom de la capitale palestinienne occupée, El Qods. On le trouve attribué à beaucoup de boutiques et de fast-foods. On y trouve également la mosquée El Qods. L’une des plus belles et spacieuses.
Aux coups de midi, les ruelles de Colonel-Lotfi sont désertées. Rares sont les citoyens à se hasarder au zénith. «C’est l’heure du déjeuner et de la sieste. Les Oranais sortent à partir de 17h», explique Houari, un riverain. En se dirigeant vers le Front-de-mer, plus exactement sur la route de la frange marine, la brise est rafraîchissante. Sans trop tarder, une halte au lieudit Jardin méditerranéen. Face à cet endroit, les grands hôtels s’alignent et rivalisent en termes de hauteur et de nombre d’étoiles. En bas des «hauts buildings», les restos luxes, pizzerias, salons de thé et cafétérias longent la grande esplanade. Laquelle renferme une petite boutique de fleurs, c’est le Paradis floral… qui porte bien son nom.
Une partie de la clôture délimitant l’esplanade contient des graffitis et des fresques murales. Un moyen d’expression où la culture urbaine s’invite.
A partir de 18h, les habitants des cités environnantes y viennent nombreux, étant leur espace de détente et de divertissement. Une autre fenêtre qui s’ouvre sur la Méditerranée… et encore la Méditerranée.
A. Mehdid