Comité des 24 de l’ONU : Le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination réaffirmé

 Les participants au séminaire du Comité des 24 de l’ONU chargé des questions de décolonisation ont réaffirmé, dans leur rapport final, le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et désavoué implacablement les thèses marocaines concernant le conflit du Sahara occidental, dernière colonie d’Afrique.

Le séminaire annuel du Comité de décolonisation de l’ONU, dit comité des 24, a rendu, vendredi dernier, ses conclusions et recommandations au terme de ses travaux qui se sont poursuivis durant 3 jours, à Castries, capitale de Sainte Lucie.
Les représentants des pays épris des valeurs de liberté et d’indépendance ont œuvré à cette occasion pour réaffirmer l’engagement de maintenir intacte la doctrine onusienne du droit à d’autodétermination conformément aux résolutions 1514 et 1541 ainsi que tous les textes fondamentaux pertinents définissant les paramètres de mise en œuvre du processus de décolonisation.
Les conclusions des travaux du séminaire n’ont laissé aucun doute dès lors qu’elles ont rappelé le mandat du Comité spécial en vue de  l’autodétermination du peuple du Sahara occidental.
Le rapport sanctionnant les travaux du Comité réaffirme ainsi toutes les résolutions de l’Assemblée générale de l’ONU et appuie les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité sur la question sahraouie ainsi que l’engagement du secrétaire général et de son envoyé personnel pour le Sahara occidental chargé de trouver une solution juste au conflit du Sahara occidental. Le document a souligné, à ce titre, la nécessité de redoubler d’efforts pour redynamiser la recherche d’une solution politique durable à la question sahraouie.
Le rapport réitère également l’appel lancé aux parties, en l’occurrence le Front Polisario et le Maroc, à «poursuivre les négociations sous les auspices de l’ONU et ce, sans conditions préalables et de bonne foi, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui assure l’autodétermination du peuple du Sahara occidental conformément aux principes et buts de la Charte des Nations unies». Il convient de rappeler que le séminaire a été marqué par une forte participation d’environ une centaine de délégués regroupant des représentants de 12 territoires non autonomes, dont le seul représentant légitime du peuple sahraoui, le Front Polisario représenté par Sidi Mohamed Omar, parmi les 17 encore inscrits sur l’agenda de décolonisation de l’ONU. Ont pris part à l’événement aussi des Etats membres de l’ONU, avec la participation active et remarquée pour la première fois d’un nombre important de pays amis du Sahara occidental, en Afrique et en Amérique latine, à savoir, la Namibie, le Botswana, l’Angola, le Mexique, la Bolivie, Cuba, Venezuela et Timor Leste ainsi que des experts internationaux en matière de décolonisation.