Commentaire : Numérique

Même si c’est une mesure extrême, la fermeture des établissements scolaires peut se justifier par l’aggravation de la situation épidémiologique à laquelle fait face le pays. Il vaut mieux, par ailleurs, un excès de prudence que courir le risque de se retrouver avec sur les bras une évolution en hors contrôle de la propagation du virus.

Le propos n’est pas dans la pertinence ou non de la décision prise par les pouvoirs publics. Le problème est que l’on a révoqué les élèves sans leur offrir la moindre alternative pour mettre à profit ce temps libre. Il faut rappeler que, déjà, les programmes ont été plus que chamboulés et les retards pédagogiques conséquents. Les parents d’élèves n’ont d’autre choix que de s’occuper eux-mêmes de l’éducation scolaire de leurs enfants ou de les confier, moyennant des liasses de dinars, aux professionnels des cours particuliers, quand le niveau de leurs revenus le leur permet. Cela laisse tout de même perplexe que les élèves soient lâchés dans la nature sans que leurs enseignants leur imposent le moindre devoir à la maison pour les maintenir dans l’ambiance scolaire. Plus étonnant encore, trois ans passés depuis le début de la Covid-19, rien n’a été  proposé  à ces millions d’élèves que se mettre en stand-by chez eux. Les solutions numériques existent pourtant et les exemples réussis fourmillent de par le monde. Le secteur a pourtant lancé le projet de doter chaque écolier d’une tablette avec tout le contenu pédagogique nécessaire. Le but qui lui est assigné est de réduire le poids du cartable de l’élève, mais cet objectif initial mineur peut céder place à une plus grande ambition, celle d’une école numérique qui peut d’ailleurs être ouverte en H24 et à tous, y compris ceux qui n’ont pas eu la chance de suivre une scolarité normale. Il est grand temps que «les gardiens du feu sacré» qui ne produit que cendres cèdent la place aux véritables pédagogues, pour le bien des jeunes générations, actuelles et à venir. Il faut d’ailleurs préciser que le numérique à l’école n’est pas une réponse à la seule pandémie. C’est une évolution naturelle du progrès économique et scientifique et c’est une exigence tout aussi naturelle pour que le futur ait bonne place dans notre pays, à l’instar du reste du monde où la question pédagogique est au cœur de toutes les problématiques éducatives et l’éducation au cœur de toutes les stratégies de puissance.
Ouali Mouterfi