Commerçants : Beaucoup d’annonces et peu de clients

Plusieurs boutiques de prêt-à porter affichent des promotions dans divers quartiers d’Alger.

A  la rue Hassiba-Ben-Bouali, de nombreux commerçants proposent des remises alléchantes sur des feuilles rédigées en caractère gras pour attirer l’attention des clients. Mais peu de clients semblent intéressés par des vestes à 2000,des pantalons classiques à 1.000 DA, des sacs à 1.000 DA et des  chaussures à 1.000 DA.  Des articles à des prix un peu plus élevés sont proposés à El Biar, Ben Aknoun et Dely Ibrahim, mais les rabais n’arrivent pas également à séduire.
A la rue Ferhat-Boussaâd (ex-Meissonier), il y avait foule. Le   temps froid et couvert n’a pas dissuadé les clientes à faire leurs emplettes. Elles passent des heures en cabine d’essayage sans se plaindre. «Je profite des prix abordables avant que les prix ne grimpent à la veille de l’Aïd», lance Souad, jeune fonctionnaire. Pour Kamel, vendeur dans une boutique de prêt-à-porter pour femmes à la rue Ben-M’hidi, les ventes sont faibles uniquement les premiers jours du Ramadhan, car les ménagères se consacrent surtout à cuisiner. C’est généralement, enchaîne-t-il, vers la deuxième quinzaine du mois sacré qu’on verra le grand rush. Le  centre commercial de Bab Ezzouar est   presque vide en ce 3e jour de Ramadhan où des promotions sont  affichées. «Les clients affluent plutôt le soir, car la plupart travaillent durant la journée», confie  un vendeur.
Interrogé, Randa,  étudiante en psychologie, se  dit insatisfaite des soldes. «Je préfère m’acheter des fringues durant toute l’année, et non pendant la période des soldes. Chaque fois, les commerçants mettent en solde des produits invendus et souvent on trouve des articles d’été exposés en hiver. C’est de l’arnaque !», s’emporte-t-elle. Un autre visiteur  conseille aux clients de regarder  d’abord le prix initial sur les étiquettes et  recommande également de vérifier l’état de chaque article avant tout achat.
Yahia Benfaghoul, président de la commission pour la protection des consommateurs de la wilaya d’Alger, regrette que la culture du solde et des promotions ne soient pas ancrée chez nos commerçants.
S. S.