Commission chargée de l’élaboration d’un cahier des charges : Les conditions d’importation fixées

Le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, a annoncé, le 9 décembre dernier, la création d’une commission chargée de l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour l’importation de  véhicules avant fin janvier 2022, affirmant que les agréments seront remis rapidement aux concessionnaires concernés.

Zeghdar a indiqué que son département a mis sur pied une commission chargée de l’élaboration d’un nouveau cahier  des charges pour l’importation de véhicules, suite aux instructions données par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, lors du dernier Conseil des ministres, concernant les amendements immédiats à apporter dans le cahier des charges pour l’importation de véhicules.
Le ministre a affirmé que le nouveau cahier des charges fixe les conditions d’importation et de distribution des véhicules «en fonction de chaque catégorie», contrairement à ce que prévoyait le texte précédent.  Selon le ministre, la procédure sera simplifiée et les obstacles seront levés.
Le ministre de l’Industrie a souligné que les concessionnaires sont appelés à ouvrir des filiales au niveau des wilayas du pays en vue d’assurer aux clients les services nécessaires, car «il est inconcevable,  a-t-il dit, que le citoyen achète un véhicule à Ouargla et vienne ensuite à Alger pour acquérir la pièce détachée».
Il a rappelé que son secteur tend à développer une industrie automobile «effective» et «efficiente» en Algérie, faisant état de contacts avec des sociétés mondiales qui désirent investir en Algérie.
Il s’agit de constructeurs asiatiques et européens de renommée mondiale, avec lesquels des consultations ont été engagées pour parvenir à un accord  au titre du partenariat gagnant-gagnant, a-t-il expliqué.
«Nous ne voulons pas réaliser des usines de gonflage de pneus mais une véritable industrie comme l’a affirmé le président de la République», a soutenu le ministre, soulignant que l’Algérie aspirait à construire des véhicules électriques et hybrides, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays dans le cadre de la transition énergétique.
L’Algérie est membre d’organisations internationales qui œuvrent pour la préservation de l’environnement, d’où la nécessité de disposer de voitures  répondant aux exigences environnementales, a indiqué Zeghdar. Concernant les prix des nouveaux véhicules, le ministre a précisé qu’«ils seront déterminés en coordination avec les services des ministères du  Commerce, de l’Energie et des Mines, et des Finances et des Douanes, en  tenant compte de la marge bénéficiaire».