Communes vertes : Les élus locaux y croient

Le président de la République a donné des instructions pour obliger toutes les communes à utiliser l’énergie solaire dans l’éclairage public, y compris au niveau des voies express et les zones montagneuses, à l’instar des Aurès, l’Ouarsenis et Djurdjura. Ces instructions ont été données à l’issue d’un exposé sur le secteur de la transition énergétique présenté, dimanche dernier, lors du Conseil des ministres.

Les élus ne sont pas contre l’utilisation des énergies renouvelables et y sont même favorables. Toutefois, ils demandent plus de soutien financier pour lancer ce type de projets. Laïfa Teldjoune, P/APC d’Oued El Berdi(Bouira), a estimé que le recours aux énergies renouvelables est une option intéressante pour peu que les pouvoirs publics y mettent les moyens financiers nécessaires. «J’ai tracé tout un programme pour équiper, en premier lieu, les écoles primaires en énergies renouvelables mais faute de budget, le projet n’a pas pu être concrétisé», a-t-il regretté. Il a fait savoir qu’en tant que commune déficitaire, «notre marge de manœuvre est très réduite. Nous devrons sélectionner les projets et agir par ordre de priorité, et nous avons préféré commencer par les raccordements en eau et aux réseaux du gaz et de l’électricité». Notre interlocuteur n’a pas omis de poser le problème de l’entretien et de la maintenance des équipements des énergies renouvelables nécessitant une formation spécialisée.
Le président de la commune d’Ath Mansour (Tizi-Ouzou), Amrane Youcef, abonde dans le même sens. Il a soutenu que les énergies renouvelables représentent une alternative aux énergies traditionnelles. «Notre commune est une région du soleil qui peut développer facilement l’énergie solaire. Cependant, rien n’a été fait jusque-là et aucun projet n’a été concrétisé, faute de ressources financières», regrette-t-il. Il a expliqué que se doter en énergies renouvelables permettra à l’APC de réduire sa facture d’énergie. «On n’arrive à peine à payer nos factures d’électricité et de gaz. Les énergies renouvelables nous permettront d’économiser et de réutiliser cette argent dans d’autres projets de développement», ajoute-t-il.
Un exemple, Boudjima
Smaïl Boukherroub, président de l’APC de Boudjima (Tizi-Ouzou), a fait savoir que 80%de l’éclairage public du chef-lieu de la commune est alimenté en énergie solaire. Mais la prouesse reste l’alimentation par cette source d’énergie de 6 écoles primaires sur les 8 que compte la commune. «Les deux écoles restantes le seront dans deux semaines au plus tard», annonce non sans fierté notre interlocuteur. Ila précisé que la plupart de ces projets sont financés par le budget communal. Il a indiqué que l’objectif est de généraliser l’utilisation de cette source d’énergie dans toute la commune. «Ce mode d’alimentation en énergie permet de réduire de moitié la facture énergétique de la commune et de préserver l’environnement», rappelle-t-il. Selon lui, l’argent économisé dans la consommation de l’électricité sera utilisé pour notamment améliorer les services des cantines scolaires. Il a ajouté que sa commune amorce une dynamique d’énergie verte à travers la réalisation de tous ces projets. Il a relevé que ces derniers ne coûtent pas cher et ne demandent pas une haute technicité pour la maintenance du réseau. «Les coûts de réalisation varient selon les dimensions des installations. Ils oscillent entre 0,6à 1,6 million de dinars», a-t-il conclu.
Amokrane H.