Mohamed Bouslimani : «La presse objective est une réponse à ceux qui mettent en doute les grandes réalisations»

Le ministre de la Communication, Mohamed  Bouslimani, a estimé, ce mardi à Oran, que « la presse objective constitue une réponse à ceux qui éclipsent les grandes réalisations et exagèrent les points négatifs aussi minimes soient-ils ».

Dans une déclaration à la presse en marge des travaux d’un séminaire international sur « le rôle des agences de presse régionaux dans la promotion du sport en Méditerranée », organisé par l’agence Algérie Presse Service (APS) à Oran, le ministre a relevé que « le paysage médiatique n’est pas exempte de sceptiques qui refusent de montrer les réalisations telles qu’elles sont », ajoutant dans ce cadre que « ces gens exagèrent les aspects  négatifs qui peuvent être anodins et qui (d’ailleurs) existent dans le monde entier, alors qu’ils éclipsent les grandes réalisations ».
« Traiter les informations de la sorte est loin d’être neutre » a expliqué le ministre, estimant qu’ « une presse objective traitant l’actualité avec impartialité est la meilleure réponse à ceux qui diffusent et propagent de fausses et mensongères nouvelles ».
Dans un autre contexte, M. Bouslimani a souligné que le séminaire international, auquel participent des représentants des agences des deux rives de la Méditerranée, contribuera à la promotion des Jeux Méditerranéens qu’abritera la wilaya d’Oran dans quelques semaines.
« La promotion de l’édition d’Oran à l’échelle internationale en est l’objectif principal de cette rencontre », a-t-il déclaré, tout en  soulignant que « la presse nationale est mobilisée pour une couverture globale et complète de ces Jeux ».
« La 19e édition des Jeux Méditerranéens, qui sera lancée dans quelques semaines sera également l’occasion de promouvoir la ville d’Oran, ses réalisations et ses équipements dans tous les domaines », a encore ajouté le  ministre.
Le rôle des médias méditerranéens dans la promotion du sport et le rapprochement des peuples mis en avant
Le ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani, a mis en avant le rôle des médias méditerranéens dans la promotion du sport en tant que facteur de rapprochement des peuples «au service de la culture de paix et des valeurs indivisibles de tolérance et de solidarité au sein du système des droits de l’homme».
Bouslimani a souligné que «la presse méditerranéenne est concernée directement par la promotion du sport en tant que facteur permettant d’améliorer la condition physique, de gagner des titres, et entant que pratique favorisant le rapprochement des peuples au service de la culture de paix et des valeurs indivisibles de tolérance et de solidarité au sein du système des droits de l’homme». «L’échange d’expertise et la coopération sont les conditions de réussite de cette mission, en sus de l’adaptation au développement impressionnant des nouvelles technologies de l’information et de la communication qui influe grandement depuis les années 1980 sur la vie professionnelle et privée du citoyen», a-t-il estimé. Après avoir salué le rôle des agences de presse régionales dans ce nouveau paysage qui «a influé sur l’interaction entre la profession de journaliste et la communauté sportive de façon presque indissociable», le ministre a dit «pleinement» soutenir l’Aman de manière à «renforcer sa capacité compétitive sur les plans régional et international à assurer la couverture, voire l’archivage des évènements et exploits réalisés dans le domaine sportif, notamment via les différents médias électroniques».
Relevant que le rôle de l’Alliance «se confirme de plus en plus dans un contexte marqué par la propagation des discours de haine dans les stades de certains pays méditerranéens», le ministre a souligné que cet état de fait «exige un renforcement des efforts et de la coordination au sein même de l’Aman, et entre l’Alliance et ses homologues, l’objectif étant de promouvoir le rôle du sport comme facteur de diffusion des idéaux reposant sur l’égalité et le rejet de l’extrémisme et de la violence». «Ces objectifs nobles et l’engouement du public pour le sport ont contribué à l’apparition de titres de presse spécialisés et des chaînes thématiques, en sus de cadres réglementaires chargés de contribuer au développement du sport, à l’instar de l’Association des journalistes sportifs algériens», a ajouté  Bouslimani.
Le ministre a saisi cette occasion pour mettre en exergue l’attachement de l’Algérie, qui abritera bientôt à Oran la 19e édition des JM, à faire de cet évènement sportif un espace fédérateur pour la compétition noble, le rapprochement et davantage de connaissance entre les peuples méditerranéens et leurs cultures plurielles. Bouslimani a affirmé, dans ce cadre, que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, «accorde un intérêt particulier à cette manifestation sportive et au rôle des médias méditerranéens dans la promotion des relations de bon voisinage, de coopération, de solidarité, et de diffusion de la culture de paix et de tolérance dans le Bassin méditerranéen qui était un espace prospère de rencontres et de créativité». Il a mis en avant, à cet égard, la détermination de l’Algérie à garantir le succès des JM en assurant tous les moyens nécessaires, les structures de pointe, et la mobilisation de tous les secteurs, les partenaires et les acteurs pour concourir à la réussite de ces Jeux qui se tiennent pour la deuxième fois depuis l’édition de 1975.Il s’agit aussi, poursuit le ministre, d’une précieuse occasion pour l’Aman de contribuer à la promotion et à la moralisation du sport, étant un facteur de compétitivité, de connaissance, de partage de la joie, du divertissement et des sensations fortes, relayés et documentés par les médias.
Le ministre a fait remarquer que la mission de l’Aman ne se limite pas à la promotion du sport, mais la dépasse pour s’intéresser au projet de construction d’un avenir juste et commun à la région de la Méditerranée, en œuvrant à éliminer les disparités entravant la dynamique de développement global et empêchant la réalisation de la stabilité dans certains pays des deux rives de la Méditerranée.