Concours national du président de la République pour les jeunes créateurs «Prix Ali-Maâchi» : Une participation record

Le Centre international des conférences Abdellatif-Rahal a abrité, mercredi dernier, la cérémonie de remise du Prix Ali-Maâchi dans sa 16e édition, en présence du président de l’Assemblée populaire nationale Ibrahim Boughali, de la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji et des membres du gouvernement. La cérémonie a également été l’occasion pour rendre hommage à 34 artistes de divers domaines, à l’occasion de la Journée nationale de l’artiste.

Dans son allocution, la ministre de la Culture à rendu hommage au symbole Ali Maâchi et à travers lui à tous les artistes qui, dit-elle «jouent un rôle prépondérant dans la consécration des valeurs nationales et humaines, ainsi que par leur engagement pour la défense de la cause nationale».
«Rendre hommage à l’artiste n’est pas une mission officielle uniquement mais le devoir de tout le peuple envers ceux qui représentent sa voix et son image», ajoute Mouloudji.
Parmi les artistes honorés en cette soirée figurent Mohamed Kheznadji, Abdelkader Chaou, Badi Lalla, Mohamed El Ghadi, Sadek Djemaaoui, Ziani-Cherif Ayad, Salah Ougrout, Abdelmadjid Meskoud, Lotfi Attar, Ghouti Bendeddouche, Boualem Chaker, Beyouna, Aida Kechoud, Ammar Tribeche
Pour ce qui est du concours, il concerne les créations dans les domaines de la littérature (roman, poésie, œuvre écrite de théâtre) et les œuvres artistiques (œuvres musicales, arts lyriques et chorégraphiques, arts cinématographiques et audiovisuels, œuvres dramatiques théâtrales (interprétation, mise en scène…) arts plastiques et visuels (peinture, sculpture, design). Trois prix sont décernés dans chaque catégorie, d’une valeur financière de 500.000 DA, 300.000 DA et 100.000 DA.
Une participation record pour cette 16e édition avec 717 œuvres, soit 40% de plus par rapport à l’édition précédente. Une participation qu’explique l’ouverture d’une plateforme numérique qui a permis à un plus grand nombre de candidats de postuler et cela dans les régions les plus reculées du pays déclare Idris Boudiba, président du jury du Prix Ali-Maâchi.
Selon toujours Boudida, l’usage du patrimoine culturel national a également été relevé dans un grand nombre d’œuvres mais aussi une ouverture significative vers l’universalité notamment par l’usage des langues anglaise et espagnole dans certaines œuvres. Dans la catégorie roman, Boudissa relève une participation importante de la plume féminine avec près de 60% du nombre des candidats.
Dans la catégorie roman, c’est Mehideb Sarra qui a décroché le premier prix, et Dahmoune Rachid celui de la poésie. Pour la catégorie théâtre, Benchernine Idris s’est vu décerner le premier prix de l’interprétation et mise en scène, et Gargoua Mohamed Djalal-Eddine celui de l’écriture théâtrale. Bougherda Abdelwahab a reçu le 1er prix de la catégorie musique et Tebaibia Mohamed Essaleh en arts plastiques. Dans la catégorie cinéma et audiovisuel, le 1er prix est revenu à El Heitem Ameur et celui de la danse et chorégraphie à Haouet Yasmine.
 Hakim Metref