Condor Electronics : Des produits seront exportés vers la Côte d’Ivoire

La société algérienne Condor Electronics, spécialisée dans l’industrie électronique et électroménagère, compte exporter prochainement ses produits de manière «régulière» vers la Côte d’Ivoire, a indiqué à l’APS un responsable de la société.

Ces exportations interviennent suite à la signature, en juin dernier, d’un contrat de distribution entre Condor Electronics et un partenaire ivoirien. Le contrat prévoit d’expédier les références de la marque algérienne pas seulement en Côte d’Ivoire, mais aussi vers ses pays voisins tels que le Ghana et le Mali, a souligné le directeur général adjoint de Condor Electronics, Mohamed-Salah Daâs, en marge de la participation de cette société à la 29e édition de la Foire de la production algérienne.
«Le partenaire ivoirien se déplacera en Algérie au cours de la semaine prochaine pour régler les derniers détails, en prévision de réaliser la première expédition de produits», a-t-il annoncé.
Condor Electronics a réalisé un chiffre d’affaires cumulé à l’export de l’ordre de 80 millions de dollars lors des trois dernières années, a précisé Daâs, rappelant que les produits de la marque sont déjà présents en Tunisie, en Libye, en Mauritanie, au Sénégal, au Bénin et au Congo, a-t-il souligné.
Dans le but d’être plus compétitif sur les marchés africains qu’elle cible «en priorité», Condor a investi dans une unité de production du panel télé (dalles), afin d’augmenter le taux d’intégration de ces téléviseurs et baisser leurs prix.
Cet investissement avec une capacité journalière qui varie, selon la taille de l’écran entre 1.000 et 1.800 unités, permettra à Condor de porter le taux d’intégration à 62% alors qu’il était à 22% auparavant, ce qui impactera le prix des téléviseurs qui «baissera en conséquent de 15% grâce à cette intégration», a précisé Daâs.
Les téléviseurs ne sont pas le seul segment de produits de la marque algérienne à bénéficier d’un taux d’intégration «important», selon le responsable, puisque le chauffage «est à 100% intégré, ainsi que la cuisinière», au moment où un modèle de lave-linge présente un taux d’intégration «qui dépasse les 60%».