Conseil de la nation : Séance de travail avec une délégation parlementaire  de la Chambre des députés italienne

Les membres de la commission des affaires  étrangères, de la coopération internationale et de la communauté algérienne  de l’étranger du Conseil de la nation ont tenu, lundi, une séance de  travail avec leurs homologues de la commission des affaires étrangères et  européennes de la Chambre des députés italienne consacrée à « l’examen des  moyens de renforcer les relations parlementaires entre les deux pays », a  indiqué un communiqué de l’institution parlementaire.

Chargé par le président du Conseil de la nation, M. Salah Goudjil, le  président de la commission des affaires étrangères, de la coopération  internationale et de la communauté algérienne de l’étranger, Abdelmadjid  Benkeddache, accompagné de membres du conseil, a présidé une séance de  travail avec une délégation parlementaire de la commission des affaires  étrangères et européennes de la Chambre des députés italienne, conduite par  son président, Piero Fassino, a précisé le communiqué.
La séance de travail a été consacrée à « l’examen des moyens de renforcer  les relations parlementaires et de leur insuffler une nouvelle dynamique  pour les hisser au niveau des relations politiques, économiques et  commerciales entre les deux pays, qui entretiennent des relations  historiques marquées par une coordination continue à tous les niveaux »,  selon la même source.
A cette occasion, les deux parties ont convenu d »‘activer le rôle des  groupes parlementaires d’amitié pour accompagner le développement en cours  des relations entre les deux pays, qui connaissent un saut qualitatif sans  précédent, à la faveur duquel l’Algérie est devenue un partenaire  énergétique stratégique pour l’Italie ».
La séance a également permis aux membres des deux commissions de « passer  en revue de nombreuses questions internationales d’intérêt commun »,  notamment la situation en Libye et au Sahel et les répercussions de la  crise en Ukraine.
Dans ce contexte, les deux parties ont réaffirmé leur attachement au  nécessaire règlement des conflits par des voies pacifiques dans le respect  de la légalité internationale et de la souveraineté des Etats et des  peuples, notamment en ce qui concerne le droit du peuple sahraoui à  l’autodétermination et au respect des résolutions pertinentes de l’ONU.
Les deux parties ont, par ailleurs, souligné la nécessité de renforcer le  rôle de la diplomatie parlementaire à travers la coordination entre les  Parlements face aux défis qui se posent aux pays de la Méditerranée,  appelant dans ce cadre à « réactiver le mécanisme de dialogue 5+5 au niveau  parlementaire ».