Conseil Oxford Business Group : «L’Algérie mise sur la diversification de son économie»

Le cabinet de recherche économique et de conseil Oxford Business Group (OBG), qui prend le pouls de l’économie de l’Algérie, a mis en relief dans son dernier rapport les efforts de diversification économique, notamment en matière d’exportations. Il recense les données et chiffres-clés afin d’analyser les perspectives de croissance du pays.

Après un état des lieux de la situation économique actuelle, analyses sectorielles à l’appui, le rapport revient en détail sur les efforts déployés dans un objectif de reprise économique, insistant entre autres sur le cadre réglementaire en vigueur, les investissements à destination du développement du capital humain, le soutien aux PME et les mesures visant à incorporer davantage les activités de l’économie informelle dans l’économie formelle ou encore la politique de digitalisation. Le secteur de l’industrie, qui contribue actuellement à 5% du produit intérieur brut (PIB) algérien et présente un fort potentiel de croissance, et les exportations qui en découlent, occupe une place de choix dans ce rapport. Le document cite Yacine Oualid, ministre chargé de l’Economie de la connaissance et des Start-up, et Ali Boumediène, fondateur et PDG de Bomare Company, élu meilleur entrepreneur algérien 2021 par European CEO. La relance économique en Algérie constitue l’un des 5 grands axes retenus par le dernier plan d’action du gouvernement annoncé en septembre 2021. «Ce calendrier de réformes structurelles vise un modèle de croissance durable tirée par le secteur privé, qui fait la part belle aux exportations de secteurs à forte valeur ajoutée, œuvrant pour ce faire à l’amélioration du climat des affaires et à la promotion des investissements, locaux comme étrangers», indique le rapport. Le document explore aussi les politiques mises en œuvre, telles que l’introduction d’un nouveau cadre réglementaire ou la levée des mesures restrictives en matière de commerce et d’investissement. Réduire la dépendance aux revenus des hydrocarbures

Si la diversification de l’économie figure en tête des préoccupations de l’Algérie depuis plusieurs années, le pays cherchant à réduire sa dépendance aux revenus des hydrocarbures et à la volatilité des prix du pétrole, la transition engagée à l’échelle mondiale vers une économie bas carbone se traduit par une accélération des mesures adoptées afin de développer d’autres secteurs. Le rapport d’OBG identifie les segments industriels à fort potentiel de croissance, tels que les engrais, l’agro-industrie ou le ciment, illustrant son analyse de nombreux chiffres et graphiques dans un format clair et accessible. Le développement d’une industrie à plus forte valeur ajoutée et l’essor récent du secteur manufacturier, notamment dans les segments électronique et électroménager, sont également passés au crible.

R. N.