Conseil supérieur de la jeunesse : Impliquer les jeunes dans la prise de décision

Le Conseil supérieur de la jeunesse (CSJ), dont les membres devraient être installés demain Lundi  par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, est un organe consultatif placé auprès de la présidence de la République qui formule des avis et des propositions sur le rôle de la jeunesse dans différents domaines et son implication dans la prise de décision.

Le chef de l’Etat a nommé, mardi dernier, Mustapha Hidaoui au poste de président du Conseil supérieur de la jeunesse, organe créé en vertu d’un décret présidentiel daté du 27 octobre 2021, conformément aux dispositions de la Constitution de 2020. Le CSJ formule des avis, des recommandations et des propositions concernant les questions relatives aux besoins de la jeunesse ainsi qu’à son épanouissement dans les domaines économique, social, culturel, sportif et autres. De même qu’il contribue à la promotion des valeurs nationales, de la conscience patriotique, de l’esprit civique et de la solidarité sociale au sein de cette catégorie de la population. Il participe à la conception du Plan national jeunesse, ainsi que des politiques, des stratégies, des programmes et des dispositifs publics y afférents, tout en favorisant l’esprit de citoyenneté, le volontariat et l’engagement des jeunes vis-à-vis de la société. L’organe est également chargé d’encourager la participation des jeunes et leur implication dans le développement politique, économique et social du pays, de participer à la prévention et à la lutte contre toutes les formes de discrimination, les discours haineux, le régionalisme, l’intégrisme et les fléaux sociaux au sein de la jeunesse et de contribuer au développement et à l’amélioration de la qualité de l’enseignement au profit de cette catégorie.

Parité homme/femme
Le Conseil est constitué de 348 membres, qui exercent leurs missions durant un mandat de 4 ans non renouvelable, dans le respect du principe de parité homme/femme. A noter que 232 membres sont élus au titre de la représentation des jeunes des wilayas, 34 autres au titre des représentants des organisations et associations de jeunesse ou œuvrant en direction de la jeunesse, locales et nationales, désignés par le ministre chargé de la Jeunesse. Il est également composé de 16 membres au titre de la représentation des jeunes de la communauté nationale à l’étranger, désignés par le ministre chargé des Affaires étrangères.
Par ailleurs, 10 membres sont désignés au titre de la représentation des stagiaires, apprentis et élèves de la formation professionnelle, par le ministre chargé de la Formation professionnelle, et 10 autres au titre de la représentation des associations de jeunes handicapés, désignés par le ministre chargé de la Solidarité. Le Conseil se compose, entre autres, de 10 membres désignés par le président de la République, sur la base de leurs compétences et de leur expertise dans les domaines liés à la jeunesse, alors que les 20 restants sont choisis au titre du gouvernement et des institutions publiques en charge des questions de la jeunesse.
Les candidats au Conseil doivent être de nationalité algérienne, âgés de 18 à 35 ans, de même qu’ils sont tenus de justifier d’un niveau universitaire et de jouir de leurs droits civiques. Ils ne doivent pas exercer un mandat électif ou représentatif dans une institution consultative ou représentative et/ou élue nationale ou locale, ni exercer une responsabilité élective au sein des organes et/ou des instances d’un parti politique.
L’assemblée générale du CSJ se réunit en session ordinaire deux fois par an ou en session extraordinaire, les deux cas de figure étant sur convocation du président du Conseil. Le Conseil adresse au président de la République un rapport annuel, ou ses avis et recommandations.