Crimes marocains au Sahara occidental : Une association sahraouie tient l’ONU pour responsable

L’Association pour la surveillance des ressources et la protection de l’environnement au Sahara occidental (AREN) a tenu les Nations unies « pleinement responsables » des crimes commis par  les autorités de l’occupation marocaines contre le peuple sahraoui notamment les défenseurs des droits de l’Homme, dont Sultana Khaya, indique  un communiqué de l’Association.

AREN dénonce dans son communiqué publié lundi « la poursuite en toute impunité de la série de viols et de tortures de Sultana Khaya et de sa famille, et le ciblage de ceux qui la soutiennent ». Selon l’Association, les forces de l’occupation marocaines « continuent de commettre leurs crimes contre Sultana Khaya et sa famille », qui ont été  assiégées dans la maison de la militante dans la ville occupée de Boujdour depuis plus d’un an.
Le dernier de ces crimes a été la prise d’assaut de sa maison le dimanche 5 décembre et l’injection d’une substance inconnue (dans le but d’achever  la militante), ainsi que le harcèlement sexuel dont font l’objet la militante et sa sœur Lwaara, d’après la même source.
« Cela s’ajoute à l’intimidation de leur mère âgée, Aminto Najem, transportée en urgence à l’hôpital en raison de complications liées à l’hypertension artérielle et au diabète », déplore également AREN dans son communiqué.
De plus, les forces d’occupation ont attaqué une manifestation pacifique de femmes sahraouies à Laâyoune occupée, organisée en solidarité avec  Sultana khaya. Le même jour, les forces d’occupation ont tenté d’ôter les vêtements de la  défenseur sahraouie des droits humains, Mina Baali, membre de l’instance sahraouie contre l’occupation marocaine (ISACOM), poursuit l’Association sahraouie.
A cet égard, « nous tenons les Nations unies pleinement responsables du fait que l’occupation marocaine n’a pas été tenue pour responsable de ces crimes documentés », et du fait que l’occupant n’a pas respecté les résolutions onusiennes qui affirment le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance », souligne AREN.
Et de poursuivre dans le même sens: « Nous appelons également la Croix-Rouge internationale à assumer sa responsabilité vis-à-vis de ce que  l’occupation marocaine a commis depuis la reprise de la guerre au Sahara occidental », il y a un peu plus d’un an.
Par ailleurs, AREN a saisi l’occasion pour « saluer les icônes de la lutte du peuple sahraoui pour la liberté et l’indépendance », tout en « condamnant  fermement les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité commis par l’occupation marocaine contre Sultana Khaya et sa famille, et contre tous les civils sahraouis sans défense depuis l’occupation du Sahara occidental », indique le communiqué.
« Nous affirmons également notre solidarité de principe avec les femmes sahraouies et réitérons notre fierté quant à leur détermination à s’opposer  à l’occupation marocaine », conclut le texte.