Cueillette des olives à Bouira : Une maigre récolte en perspective

 La campagne de cueillette des olives a débuté, depuis quelques jours, à Bouira, où les paysans s’attendent à une maigre récolte, en raison de la sécheresse qui a sévi ces dernières années. «Le manque de pluviosité a beaucoup impacté la filière oléicole. Nous nous attendons donc à une production plutôt faible», estime Oulaïd, propriétaire d’une oliveraie à Aguouillal (El Adjiba).

Mohamed Saïd, issu du même village, a abondé dans le même sens en exprimant sa déception face à la «régression attendue de la récolte et de la qualité du produit».

Beaucoup d’oliviers ont été asséchés parla canicule, la sécheresse et les incendies de l’été dernier, malgré la résistance de cet arbre à la rudesse du climat, souligne Mohamed Saïd.

Le manque d’entretien et de protection de l’olivier contre les différentes maladies sont aussi à l’origine du recul de la production, selon ce paysan.

Dans la région est de la wilaya, notamment à M’Chedallah, El Adjiba, Bechloul, El Asnam et Ath Laksar, des localités connues pour l’abondance de leurs oliveraies, beaucoup de familles rurales se précipitent chaque jour vers les vergers pour récolter le fruit avant le retour du mauvais temps. «Nous avons entamé depuis une semaine la cueillette des olives. Cette saison, le rendement est faible, mais nous espérons qu’avec le retour de la pluie et de la neige, la production sera meilleure à la prochaine saison», confie Aïssa, un jeune paysan d’Assif Assemadh (M’Chedallah).

 Sévère sécheresse

Pour sa part, la Direction des services agricoles(DSA) de Bouira table sur une production maigre estimée à plus de 5 millions de litres d’huile d’olive, un chiffre en baisse par rapport aux années écoulées, à en croire Mme Salima Kerkoud, chargée de communication à la DSA. Selon elle, le rendement prévisionnel de cette année devra atteindre les 16 litres par quintal. Bouira enregistrait, il y a quelques années, une production allant de 8 à 11 millions de litres d’huile d’olive.

Actuellement, la récolte n’arrive pas à dépasser le seuil des 6 millions de litres. «Cette régression est due essentiellement à la sévère sécheresse», explique Mme Kerkoud. En dépit de cette baisse attendue de la récolte, un climat de solidarité et d’entraide règne dans les vergers, à la faveur du lancement de la campagne oléicole. Les cris et les brouhahas des enfants qui accompagnent leurs familles, notamment en ces jours de vacances scolaires, créent souvent une ambiance particulière dans les champs.

Tous les outils indispensables à la conquête des oliveraies, dont des échelles, bâches, scies, ciseaux et peignes, sont mobilisés par les cueilleurs, qui ne lésinent aucunement sur les moyens pour une meilleure exploitation des vergers avant le retour des pluies.

Par ailleurs, 235 huileries, dont 85 semi-automatiques, et 43traditionnelles, ont ouvert leurs portes pour recevoir les récoltes d’olive à travers la wilaya.

Bouira, qui compte plus de 3 millions d’oliviers productifs, a bénéficié du programme d’appui au secteur agricole (Pasa) pour la formation de conseillers oléicoles. «Nous avons déjà formé six conseillers, qui, à leur tour, formeront les agriculteurs sur les moyens et méthodes de développement de la filière oléicole et de production d’une huile d’olive de qualité», souligne la chargée de communication de la DSA.

«Nous encourageons aussi les agriculteurs à créer leurs coopératives oléicoles pour qu’ils puissent s’organiser et développer davantage cette filière et afin de renforcer les capacités d’exportation de ce produit », ajoute-t-elle.