De Réghaïa à Boudouaou : Des chefs de centre au four et au moulin

 Ce samedi, la météo a été clémente. Avec une journée peu ensoleillée, tout était propice pour se rendre aux urnes. Au centre de vote de l’école primaire Badji-Mokhtar, dans le quartier Ben Adjel, dans la commune de Boudouaou (Boumerdès), la première heure a été un peu laborieuse.
Des citoyens sont venus au bureau d’orientation car leurs  noms ne figuraient pas  sur les registres. Interrogé, un électeur, la vingtaine, exhibe sa carte de vote et sa carte d’identité nationale pour protester contre ce qu’il qualifie de  «confusion». «Le problème sera pris en charge immédiatement», assure  Ali Tazrouti, chef du centre, qui  insiste sur la bonne organisation. «Ce genre de problème est vite pris en charge», assène-t-il. «Le centre compte 13 bureaux, et ainsi certains votants se trompent tout bonnement de salle. Les encadreurs sont là justement pour répondre aux doléances des électeurs», explique-t-il. Dans la cour de l’école, quelques votants sortent des bureaux, contents d’avoir fait le bon choix. «J’ai voté pour mon voisin qui se présente à l’APW de Boumerdès. C’est un homme respectable et soucieux de la vie des citoyens», confie l’un d’entre eux.
Dans l’établissement Chahid-Ahmed-Toumihami, au quartier Soummam, le  va-et-vient des encadreurs révèle l’engagement de ce personnel à veiller au grain et à se mettre à la disposition des votants qui ne sont pas vraiment nombreux, en ces premières heures du scrutin.  «Les électeurs ne viennent pas en nombre durant les premières heures. La grande affluence aura lieu l’après-midi», soutient le chef du centre, Mustapha Zorgani. Devant le grand portail, une dame, d’une quarantaine d’années, entourée de plus de 20 personnes,  donne des instructions et invite ces dernières  à aller voter.  « Je suis candidate indépendante à l’APW de Boumerdès. J’active dans une association et des proches et amis m’ont convaincue de me présenter. Ces hommes et femmes sont venus me soutenir. Ils se sont engagés dans la campagne. Je tiens à les remercier. Nous espérons surtout  mettre surtout  en œuvre notre programme social», indique-t-elle.
Réghaïa, afflux appréciable
Vers midi, le centre de vote Okba II, dans le chef-lieu de la commune de Réghaia est en effervescence. Hommes et femmes et même les enfants vont dans tous les sens à la recherche  d’un  numéro du bureau. Le personnel engagé dans l’opération de vote les oriente. Mohamed agent de sécurité de  la commune, connait son boulot. « Je connais les salles et le numéro des bureaux. Je fais de mon mieux pour faciliter la tâche aux votants surtout les personnes âgées ou handicapées », assure t-il. Le chef du centre, Bachir Kherzi, est sur tous les fronts. Très sollicité par les encadreurs et  les votants qui, pour certains, ne sont pas convaincus de ne pas être sur la liste des inscrits. «Nous avons 3546 inscrits. Certains ne le sont plus pour une raison ou une autre, comme le changement de résidence. Nous essayons de leur expliquer. C’est  notre rôle», fait-il remarquer.
Dans  l’école  primaire  mitoyenne Okba I, l’ambiance est bon enfant. En  début d’après-midi, les premières tendances circulent. Les  candidats et leurs soutiens sont aux aguets. « C’est la dernière ligne droite. Nous avons tellement œuvré pour y arriver et faire valoir notre projet pour notre commune. Il y a vraiment plein de choses à réaliser. Nous avons bon espoir », confie un candidat à l’APC de Réghaïa.
Karima Dehiles