Dernière parution de Yasmina-Benlemalem-Sellam : De la mémoire culinaire algérienne 

 Yasmina-Benlemalem-Sellam édite son premier ouvrage sous le titre «Mémoire culinaire de l’Algérie», paru aux éditions Anep, à l’occasion du dernier Salon international du livre à Alger (Sila 2022), celui-ci aborde les origines des recettes typiquement algériennes, et offre un voyage à travers l’histoire de l’art culinaire algérien et sa riche gastronomie: résultat du génie local des empreintes d’autres civilisations à savoir les apports andalous, ottomans et autres.

Yasmina explique que son livre évoque les origines de l’alimentation mondiale, l’histoire de la gastronomie algérienne, ainsi que ses influences de la préhistoire au jour d’aujourd’hui, et comprend également un listing de 35 recettes authentiques où la richesse gastronomique algérienne est mise en avant.
 Cette agronome de formation inclut également des résumés d’écrits antiques sur l’art culinaire à l’exemple des tablettes babyloniennes datées de 400 ans avant notre ère, considérées comme les premiers documents culinaires. L’écrivaine cite aussi, le premier livre de cuisine en langue arabe «Kitab Al Tabkh» d’Ibrahim Ibn El Mahdi.
 Yasmina a toujours porté un intérêt particulier pour l’histoire de l’Algérie, lors de ses voyages, elle découvre que beaucoup d’étrangers ne connaissent rien du pays, et dit s’être posée la question suivante: Comment un aussi grand et riche pays serait-il aussi méconnu? «Je me suis dit, qu’on n’est pas assez présents sur la scène culturelle mondiale.» Sidérée par la nouvelle, elle fixe l’objectif de son entreprise qui est de conter l’histoire de l’art culinaire algérien de manière chronologique à travers une œuvre littéraire gastronomique qui va restituer une partie de notre mémoire collective.
L’auteure remporte un véritable défi de recherche minutieuse, et ce, malgré les inévitables écueils qu’une telle entreprise ne pouvait manquer de rencontrer ne serait-ce qu’en matière de documentation relative à la période ancienne. Elle dit s’être inspirée de sources écrites fiables qui sont principalement d’ordre géologique, anthropologique, et paléo écologique.
Cet ouvrage est passionnant à lire et à relire car il constitue un instrument de travail indispensable pour les curieux et chercheurs du domaine. Ainsi, ce noble travail de mémoire a été établi par l’écrivaine afin de conserver le patrimoine culinaire nationale.
La conservatrice du patrimoine culinaire algérien, promet à ses lecteurs, un second tom qui sera plus profond et qui portera un listing du reste des recettes non abordées sur la première édition, avec leurs histoires. «Aucune recette ne figurera sur mon prochain ouvrage sans son histoire», confie-t-elle lors d’une rencontre littéraire au Bastion 23.
Ingénieure agronome de formation et enseignante à l’École normale supérieure (ENS de Kouba), après sa retraite, elle se découvre une fibre culinaire et ouvre sa table d’hôtes en 2011, avec l’objectif de faire connaître la cuisine traditionnelle typiquement algérienne. Elle est également membre du jury du concours «Master Chef Algérie». Elle intervient également dans de nombreuses émissions télévisées et participe aux congrès et conférences relatives à la nutrition et à la gastronomie de manière globale.
  Nabiha Cheurfi