Derouaz, commissaire des JM d’Oran : «Des changements s’imposent dans le COJM»

 Les préparatifs de la 19e édition des Jeux  méditerranéens (JM) prévue l’été 2022 à Oran ont connu un « nouveau départ » depuis la fin du séminaire des chefs de délégations et délégués techniques des fédérations sportives internationales, a indiqué ce mercredi le commissaire des JM, Mohamed Aziz Derouaz.

Invité du forum du quotidien arabophone « El Djoumhouria », M. Derouaz a  estimé que les préparatifs des JM « sont entrés dans la dernière ligne droite », ce qui exige une  » plus grande mobilisation et aussi des changements au sein du COJM ».
    « Certes, le président de la commission du suivi des préparatifs au niveau du Comité international des Jeux méditerranéens (CIJM), Bernard  Amsalem, avait confirmé la tenue à Oran des prochains JM après toute la polémique qui a précédé la tenue du séminaire les 11 et 12 décembre dernier, mais le plus dur reste encore à faire », a-t-il indiqué.
     Mohamed Aziz Derouaz se réfère dans son appel à la « mobilisation générale », à son désir d’honorer toutes les promesses faites au CIJM, et  par lesquelles il a déjoué le plan orchestré par certains pour la délocalisation des JM.
    Des promesses qu’il a réitérées, a-t-il fait savoir, lors de ses discussions qu’il a eues récemment à Rome, la capitale italienne avec le nouveau président du CIJM, Davide Tizzano, et deux autres hauts responsables de la même instance qui ne s’étaient pas rendus à Oran lors du séminaire précité.
    L’ancien ministre de la jeunesse et des sports en a profité aussi pour rappeler qu’il y avait un énorme retard accusé en matière de préparation  des JM depuis que ces derniers ont été confiés à Oran en 2015. A cet effet, il a constaté que ces retards sont traduits par le passage de deux équipes dirigeantes au niveau du comité d’organisation des JM, avant qu’il ne prenne le train en marche depuis octobre 2021.
   « Il faut dire que même depuis mon arrivée en octobre, il y a eu un certain dysfonctionnement qui nous a fait perdre trois mois de travail  supplémentaire. Cela dit, le plus important maintenant est d’enclencher un dernier départ pour qu’on soit au rendez-vous, surtout que le temps presse, puisque nous avons désormais moins de six mois devant nous », a-t-il poursuivi.
     Et pour mettre tous les atouts du côté du COJM, l’architecte des nombreux titres internationaux du handball algérien, a annoncé des changements prochains dans les commissions relevant du COJM « créées d’une manière non conforme à la réglementation » et aussi dans l’organigramme de cet organisme « pour que les préparatifs avancent d’une meilleure manière ».
    Mettant en exergue le rôle des volontaires, M. Derouaz, a appelé aussi à l’implication de la société civile et les nombreuses associations  activant un peu partout en Algérie. Il a surtout axé sur les cérémonies d’ouverture et de clôture, « un dossier qui a accusé du retard ».
   A ce propos, il insisté sur la nécessité d’en faire une réussite totale, surtout que la cérémonie de clôture coïncidera avec le 60e anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale et la fête de la jeunesse.
    Des engagements ont été également pris par le commissaire des JM afin que les infrastructures sportives concernées par les Jeux soient fin prêtes   » avant un mois de l’évènement « .
   L’occasion était propice pour les représentants de la presse, présents à cette rencontre, pour évoquer le départ de Salim Iles, le désormais  ex-directeur général du CIJM depuis août 2019. M. Derouaz a fait savoir à ce propos que la décision de mettre fin à la mission de l’ancien champion en natation a été prise par le ministre de la jeunesse et des sports, faisant remarquer aussi que le COJM ne pouvait pas fonctionner  » avec une direction bicéphale, avec tous les dysfonctionnements qui en ont résulté ».
L’invité d’El Djoumhouria a annoncé la tenue, jeudi, de la réunion de la commission de suivi des préparatifs des JM sous la présidence du Premier  ministre, ministre des finances, Aïmene Benabderrahmane.