Des jeunes pensent aux vacances : Le temps de la débrouille

La fermeture durant la crise sanitaire a favorisé l’essor du tourisme interne. Une opportunité pour les jeunes de connaître leur pays. Mais à quel prix?

Pour certains, les vacances ne se limitent pas à la saison estivale. Les agences de voyages reprennent leurs activités en favorisant la destination Algérie. Elles se lancent dans l’organisation de circuits touristiques durant les week-ends en ciblant les régions côtières. La formule encourage les familles et surtout les jeunes à voyager à des prix attractifs. C’est le cas de Rayane qui visite, pour la première fois, avec sa jeune sœur âgée de 15 ans, la wilaya de Mostaganem et son littoral grâce à l’agence de voyages Rahal de Blida.
«C’est une très bonne expérience. En une journée, nous avons pu visiter de splages magnifiques et un parc d’attraction», confie Rayane, tenté de découvrir la wilaya de Béjaïa. L’agence organise une sortie d’une journée vers la capitale des Hammadites ce samedi. Le jeune Manil est attiré par le grand sud. Il évoque toutefois la cherté du billet d’avion vers Adrar où il comptait entamer son périple. Maamar Rahal qui vient de terminer ses études universitaires, s’est lancé dans le secteur du tourisme en ouvrant une agence de voyages qui propose aux familles et jeunes de découvrir les wilayas du nord. Récemment, il a fait découvrirl a ville de Sidi El Kheir et son centre commercial et de loisirs Park Mall. «Ce genre de voyages de courte durée intéresse les familles et surtout les jeunes qui veulent découvrir leur pays», explique l’opérateur, qui se montre plein d’ambition. Pour les jeunes qui désirent se rendre à l’étranger, les problèmes de visa et de fermeture des frontières refroidissent leur ardeur. La destination préférée de Djillali est la Tunisie. Il espère vivement que les frontières terrestres ouvrent pour se rendre dans une cité côtière du pays voisin où il a l’habitude de passer les vacances à moindre prix.
Le manque de divertissement dans nos hôtels et villes côtières pousse des jeunes à bouder les vacances en Algérie. La cherté des hôtels oblige d’autres à opter pour la formule de location d’appartements dans les villes côtières à l’instar de Jijel, de Béjaïa, d’Oran, de Skikda, d’El Kala et vde Ghazaouet. C’est le cas de Fawzi qui a loué, l’an dernier, avec trois amis, un appartement à Béjaïa où ils ont passé dix jours. «Nous avons loué un appartement à 6.000 DA la journée. Nous nous sommes partagé les frais de la location», confie Fawzi qui projette de se rendre, cet été, dans la wilaya voisine de Jijel.
Son guide, s’exclame-t-il, «ce sont les réseaux sociaux où on trouve des offres pour toutes les bourses.» Les tarifs élevés pratiqués par les hôtels sont souvent mis en avant par ceux qui souhaitent passer les vacances au pays. Ils regrettent que les prix soient encore hors de portée de la majorité des citoyens.
M. Benkeddada