Dessalement d’eau de mer : La station de Bordj El-Kiffan mise en service

Les ministres des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique, Karim Hasni, et de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, ont effectué, lundi, une visite d’inspection à la station de dessalement d’eau de mer de la commune de Bordj El-Kiffan, qui a été mise en service, et un projet de réalisation d’une autre station dans la commune d’El Marsa, à l’est de la wilaya d’Alger.

Lors de l’inspection de la station de dessalement d’eau de mer dans la commune de Bordj El-Kiffan (Bateau cassé), qui est entrée en production au début de ce mois, avec une capacité de production journalière de10.150 m3, selon les explications fournies par les chargés de cette station, le ministre de l’Energie et des Mines a salué les efforts de la société de réalisation de ce projet «Cosider Canalisation» qui a pu mettre la station en production dans un court laps de temps, en coordination avec la Société algérienne de l’énergie et avec des mains purement algériennes, qui ont pu maîtriser une haute technologie.
S’agissant du projet de réalisation d’une autre station dans la commune d’El Marsa, dont la capacité de production est de 60.000 m3/jour, Arkab s’est félicité de la cadence de réalisation de ce projet, supervisé par la société «Cosider Canalisation», souhaitant que cette station soit mise en production dans les délais prévus, soit début juillet prochain.
Avec la mise en service, à la fin de l’année en cours, de la station de Corso, dans la wilaya de Boumerdès, d’une capacité de production journalière de 80.000 m3, qui est actuellement en cours de réalisation par la Société nationale de génie civil et bâtiment (GCB) relevant du groupe Sonatrach, la quantité de la production journalière des trois stations atteindra150.000 m3, a indiqué le ministre.
Pour sa part, le ministre des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique, Karim Hasni, a souligné que la sécurité hydrique en Algérie «passe par le dessalement de l’eau de mer», relevant que le taux de production totale d’eau potable à Alger dépassera 60% après la mise en service des stations d’El Mersa et de Corso.
Ces trois stations permettent de se contenter des barrages de Keddara et Douéra dans l’alimentation en eau potable d’Alger qui ne va plus recourir aux barrages de Taksebt (Tizi-Ouzou), Koudiat Asserdoune (Bouira) et Gherib (Aïn Defla), a assuré le ministre, ajoutant que l’eau de ces barrages sera transférée à d’autres wilayas.