Dima Jazz : la 17e édition portée par les voix féminines

 La 17e édition du festival international de jazz  de Constantine, Dima Jazz, prévu du 11 au 14 mai, a fait le choix de mettre les femmes à l’honneur dans sa programmation.

Prévue dans la plus grande salle de spectacle du pays, la salle Ahmed-Bey, dans la ville natale du festival, Constantine, cette édition annonce l’Italie comme invitée d’honneur et qui sera représentée par la voix de Ilaria Pilar Patassini.
C’est l’une des figures les plus connues de la folk algériennes, Samira Brahmia, chanteuse et musicienne que l’on retrouve dans de nombreux registres, qui a été sélectionnée par la direction artistique du festival pour représenter l’Algérie en clôture. La chanteuse sera accompagnée sur scène par les musiciens du célèbre groupe « O.N.B. » mené par le talentueux Youcef Boukella. La scène du Dima Jazz accueillera la guitariste finlandaise Erja Lyytinen, la chanteuse britannique Jo Harman, la bassiste et performeuse autrichienne Andrea Freanzel, ou encore la formation française Little Odetta.
Après une 16e édition tenue en novembre 2019, le festival le plus attendu par de nombreux mélomanes, revient après deux ans et demi d’absence. Fondé en 2003 par l’association « Limma », puis institutionnalisé en 2009, le Dima Jazz a su rassembler les plus grands noms du jazz mondial à l’instar de l’Américain Boney Fields, du pianiste malien Cheick Tidiane Seck et du Nigérian Keziah Jones, tout en restant le rendez-vous culturel le plus attendu de la ville de Constantine et des mélomanes qui n’hésitent pas à faire le déplacement.