Dr Fathi Benachenhou, spécialiste en santé publique : «Il ne faut pas ignorer l’appel du corps»

Dans cet entretien, le Dr Fathi Benachenhou, médecin de santé publique, revient sur la problématique du manque de sommeil durant le Ramadhan. Il évoque surtout ses effets sur le corps et l’horloge biologique.

Pourquoi durant ce mois, beaucoup de personnes se plaignent de fatigue durant la journée ?
On est en train d’attribuer au Ramadhan tous les mauvais comportements et toutes sortes de travers. Psychologues et sociologues doivent s’intéresser au phénomène. L’urgence est de mettre en place une politique d’éducation sanitaire. Contrairement à nous, beaucoup de pays disposent de centres d’études dédiés uniquement au sommeil. Il faut savoir que le jeûne n’à rien à voir avec la fatigue. C’est la perturbation de notre horloge biologique qui en est à l’origine.
Que faire dans ce cas ?
Il est temps de prendre conscience de notre corps et de ses besoins physiologiques fondamentaux. Le sommeil est un besoin vital, et si on dort bien plus, on évitera la fatigue durant la journée. Le sommeil n’est pas une perte de temps, mais un besoin naturel. Passer sa soirée devant les écrans et prendre du café et le thé sont des atteintes à l’horloge biologique. Manquer de sommeil entraîne des maladies chroniques, comme l’hypertension artérielle et le diabète, et même des maladies psychiatriques. Durant ce mois, les enseignants se plaignent du manque de concentration des élèves qui entraîne une agitation agressive et une anxiété chez eux. Plus on est jeune, plus les heures de sommeil obligatoires sont importantes, mais en vieillissant, le besoin s’amoindrit. Le plus important est de laisser de côté son smartphone et d’éteindre la télé deux heures avant d’aller dormir, de préférence avant minuit.
Dormir peu est en fait une destruction programmée du corps. Les spécialistes parlent de la notion de la dette du sommeil. Au-delà de trois jours, le corps commence à lâcher. Toutes les études ont montré que le taux d’accidentologie est multiplié par deux durant le Ramadhan. Le jeûne n’est pas à l’origine de ces perturbations qui naissent d’un manque de sommeil. Chez certaines personnes, le Ramadhan est synonyme de soirées et de veillées, et cette mauvaise habitude impacte durant la journée ceux qui travaillent. Enfin, les personnes qui tentent de récupérer durant la journée perturbent l’horloge biologique.
Qu’est-ce que le sommeil réparateur ?
Un sommeil de bonne qualité ne doit pas être inférieur à sept ou huit heures chez l’adulte et doit être sans perturbation aucune. Un sommeil santé veut dire commencer le cycle du début jusqu’à la fin.
Quelles sont les conditions d’un bon sommeil ?
Avoir une activité physique durant la journée et surtout ne pas ignorer l’appel du corps au sommeil. Il faut éviter aussi de prendre du café, du thé, de la vitamine C avant d’aller se coucher. Il faut s’arranger enfin pour avoir une bonne température dans la chambre, une obscurité, un calme et un lit adapté.
Entretien réalisé par Samira Belabed