El Bahia Méditerranée : Un pari déjà gagné (Reportage)

La balade  des gens heureux

Alger-Oran, un trajet sur une distance de près de 400 km traversant six wilayas de l’Ouest du pays. Le voyage sur ce tronçon de l’autoroute Est-Ouest, en ce mois de juin, emporte dans des paysages si beaux les uns que les autres.
Une beauté qui a inspiré nos artistes et chanteurs, tels que le défunt Rabah Driassa, interprète de «Ya Goumri wadi Slami».
La nature ôte son manteau vert et fleuri pour se mettre en «look» d’été, où prévaut la couleur dorée. Soleil levant, on s’éloigne des agglomérations urbaines d’Alger vers la Mitidja. L’air matinal frais, cinglant le visage, réveille et ouvre, à contrecœur, paupières tombant. Les champs commencent à défiler en enfilade. Des vergers d’orangers et mandariniers de Blida laissent place aux exploitations de melon
et pastèque, que recèle Aïn Defla, connue par ses terres fertiles.
La journée de ce mercredi 15 juin s’annonce caniculaire. En avançant vers l’Ouest, l’aridité du climat se fait sentir. Les champs des céréales, fraîchement moissonnés, s’apparentent à un tapis jaunâtre jonché de bottes de foin. Certaines rangées en piles, d’autres en huttes. Des pratiques agricoles que les gens des zones rurales préservent, jalousement, et en vivotent. L’heure indique 8h00 passée lorsqu’on a franchi le seuil de Chlef. Ça chauffe davantage dans ces contrées en forme de cuvettes. C’est, en fait, la prolongation du même paysage formé des champs tondus. Ces derniers deviennent un lieu de pâturage des troupeaux de moutons et chèvres. Les pigeons aussi y trouvent leur compte. Ils planent sur les carrés fauchés en quête des grains restant de la moisson, puis s’envolent. Les vaches, elles, se font moins nombreuses. Après les vastes plaines, les vergers de l’arboriculture surgissent à nouveau sur le flanc droit. Sur le côté gauche, ce sont plutôt les oliveraies de Relizane qui s’étalent à perte de vue. Des petits mausolées, en vert et blanc, pointent leurs dômes, attestant l’attachement indéfectible de la population locale à ces lieux de culte et de spiritualité. Les fleurs de mimosa viennent pigmenter, à leur tour, le décor naturel. Magnifique ce beau pays qui n’a pas encore dévoilé toutes ses splendeurs ! En dehors de la nature, le pan Ouest de l’autoroute Est-Ouest se démarque de celui de l’Est dans beaucoup de détails liés à l’ouvrage budgétivore. D’abord, il est, plus ou moins, en bon état
et la circulation y est plus fluide. Ses relais routiers sont plus salubres, alors que ceux de l’Est sombrent dans le délabrement total et la voie express se transforme en théâtre de beaucoup de carnages. Le tronçon reliant Mascara à Oran a été relooké. La signalisation
routière horizontale a été complètement refaite. Ces travaux entrent dans le cadre des préparatifs des Jeux méditerranéens qu’Oran va abriter du 25 juin au 5 juillet. Une grande manifestation sportive que la capitale de l’Ouest s’apprête à accueillir dans un contexte historique très particulier, à savoir la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance. Ainsi, le lifting qu’a connu Oran ainsi qu’une multitude de sujets socio-culturels feront l’objet de ces cahiers d’Oran à compter d’aujourd’hui.
A. Mehdid