Embellissement des cités à Alger : Une tradition ancrée

À Alger, quartiers et cités sont mis en valeur à travers des opérations d’aménagement et d’embellissement. Des opérations où l’implication des comités de quartier et des associations est effective. C’est ce que nous avons constaté à la cité des 10 000 logements AADL à Sidi Abdellah, la cité des 320 logements, la cité des 120 logements et la cité Sidi Khlifa à Alger.

Un membre de la société civile soutient que les cités s’adaptent au développement urbanistique. «On se doit d’être au diapason de ce qui se fait ailleurs pour le bien être du citoyen.» Un habitant de Bab El Oued admet que les jeunes d’aujourd’hui sont jaloux de leurs espaces. «C’est une véritable prise de conscience chez nos jeunes surtout en ce qui concerne la protection et la préservation de l’environnement à travers des actions quotidiennes de désherbage et d’enlèvement d’ordures ménagères anarchiques à l’intérieur des grands groupements d’habitation.»
Des opérations de ravalement des façades, d’aménagement des espaces verts et d’embellissement des murs des immeubles avec des dessins et autres messages de sensibilisation en direction de la population l’invitant à veiller sur la propreté de la ville sont menées tout le long de l’année, fait savoir M’hamed Karimi, président d’un comité de quartier.
Il est nécessaire de mettre en exergue l’effort des autorités locales à embellir les cités, sans oublier pour autant l’implication des jeunes dans les travaux de nettoyage, ce qui reflète leur sens écologique développé qui est bien accueilli par les citoyens. La preuve, les populations de différentes wilayas rivalisent dans leurs créations. À cet effet, un prix est instauré pour récompenser les plus belles et propres villes du pays, encourageant ainsi les citoyens à être plus impliqués dans l’entretien de leurs espaces afin de préserver l’environnement et l’écosystème de la pollution.
Dans ce sens, un jeune citoyen au boulevard Mohamed-V, Alger, admet que les campagnes de nettoyage et d’embellissement, qui étaient au départ une simple idée partagée sur les réseaux sociaux, s’est vite transformée en projet réel à concrétiser sur le terrain. Pour lui, la population est désormais impliquée dans les initiatives qui contribuent à améliorer son cadre de vie.
Samira Sidhoum