Enseignement Supérieur : Elaboration d’une nouvelle carte de formation

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, a annoncé, ce samedi à Oran, l’élaboration d’une nouvelle carte de formation dans son secteur, prenant en considération les métiers actuels et futurs qui répondent aux exigences socio-économiques.

En marge de l’ouverture de la rencontre nationale sur « l’enseignement supérieur en Algérie après 60 ans », organisée par la Conférence régionale des universités de l’Ouest, en coordination avec le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) d’Oran, le ministre a déclaré à  la presse que des préparatifs sont en cours, actuellement, pour l’élaboration d’une nouvelle carte comportant de nouvelles formations et  spécialités dans le secteur, prenant en compte les métiers actuels et futurs répondant aux exigences socio-économiques. M. Benziane a exprimé sa volonté de « prendre en considération les avis des experts et différents acteurs du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ainsi que leurs recommandations et propositions sur le sujet, afin de pouvoir améliorer la qualité de la formation offerte et de la recherche scientifique ». Le ministre a estimé que les défis les plus importants du secteur, actuellement, en plus de l’amélioration de la qualité de la formation et de la recherche scientifique sont « le renforcement de la gouvernance et la garantie de l’ouverture des établissements universitaires sur leurs environnements économique et social, voire international ».
A ce propos, dans une allocution d’ouverture de la rencontre, qui a vu la présence des recteurs des établissements universitaires de l’Ouest du pays,  d’enseignants et de représentants d’organisations estudiantines, le ministre a indiqué que le secteur œuvre à élaborer des textes  réglementaires concernant le système des études et de la formation, en plus de la révision des lois organiques des établissements universitaires renforçant les prérogatives de l’université et son rôle leader dans la société, ainsi que son autonomie, en plus de la révision de la loi  régissant la déontologie universitaire. M. Benziane a également abordé les futurs défis du secteur, à l’instar de la création de « l’Agence nationale d’évaluation et d’assurance qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique », en plus de
veiller à mettre en place un système permanent de qualité dans le secteur, ainsi que l’évaluation des établissements universitaires et de recherche,  avec la mise en place de références nationales de la qualité , en plus du projet de création de l’université algérienne ouverte, qui prend en charge le développement de l’enseignement à distance en Algérie et d’introduire les technologies de communication et de l’information dans les opérations de formation.