Eventuelle 4e vague de la Covid-19 : Les structures hospitalières déjà prêtes

Le directeur de la Prévention et de la Promotion  de la santé au ministère de la Santé, Djamel Fourar a affirmé, ce lundi, que toutes les structures hospitalières à travers le pays étaient prêtes à  faire face à une éventuelle quatrième vague de la pandémie de Coronavirus.

Dans une déclaration à l’APS, M. Fourar a précisé que toutes les structures hospitalières à travers le pays étaient « prêtes à faire face à une éventuelle quatrième vague », après avoir tiré des enseignements de la troisième vague qui a été virulente et dont la prise en charge des malades a été difficile pour le secteur notamment par rapport au manque d’oxygène.
Après avoir relevé l’engouement des citoyens pour la vaccination durant la troisième vague, avec plus 290.000 vaccinés/jour, ce qui a laissé les pouvoirs publics espérer un taux vaccinal de 70 % en décembre, Dr Fourar a déploré la baisse de ce chiffre, notamment après le recul du nombre de cas. Actuellement, aucun Etat n’est à l’abri face aux nouveaux variants, a-t-il précisé, mettant en garde contre le variant « Omicron », récemment  apparu et qui s’est propagé dans plusieurs pays à travers le monde. M. Fourar a rappelé les recommandations de l’Organisation mondiale de la  santé (OMS), lors de sa session extraordinaire tenue la semaine dernière, notamment le respect des gestes barrières et la vaccination pour limiter la propagation des nouveaux variants du coronavirus. Concernant le variant Omicron, le président de la Société algérienne d’immunologie, Pr. Kamel Djenouhat, a précisé, en marge d’une rencontre sur le sujet, que la situation épidémiologique actuelle « n’est pas alarmante  malgré la propagation de ce nouveau variant à travers de nombreux pays ».  Toutefois, a-t-il prévenu, Omicron pourrait entraîner des complications beaucoup plus graves que celles que nous avons connues jusque-là.
Face à la recrudescence des cas de la Covid constatée ces dernières semaines, le Pr. Djenouhat a, de nouveau, insisté sur la nécessité pour les citoyens de se faire vacciner et pour ceux ayant reçu deux doses de vaccin de faire le rappel vaccinal.
A ce jour, la plupart des patients covid ayant nécessité une hospitalisation n’étaient pas vaccinés, a-t-il fait remarquer, soulignant que de plus en plus de pays administrent une troisième dose de vaccin contre la Covid.