Evoquer Dieu pendant le Ramadhan

Les croyants sont appelés à évoquer Dieu tous les jours, particulièrement durant le mois de Ramadhan. La plus importante évocation, dhikr, selon l’imam Ali Chaïb, est le Coran.

«Le livre saint est le meilleur des dhikrs, des louanges. A condition qu’on applique son contenu, car il ne s’agit pas seulement de réciter le Coran mais d’appliquer également ce qui y est dit. C’est à travers le Coran que les croyants se rapprochent le plus du Créateur», explique-t-il.
Parmi les bienfaits de l’évocation de Dieu, poursuit-il, l’apaisement du cœur. «Allah dit dans un  verset : ‘‘Ceux qui ont cru, et dont les cœurs se tranquillisent à l’évocation d’Allah.  N’est-ce point par l’évocation d’Allah que se tranquillisent les cœurs ?’’»
«En évoquant Dieu, en lisant le Coran surtout, le cœur se  trouve apaisé, rafraîchi. Cet apaisement et cette fraîcheur sont  la récompense qu’offre Dieu à ceux qui l’invoquent et  lisent souvent le Coran», assure-t-il. En somme, plus on lit le Coran, plus on invoque Dieu.
Evoquant  ce  verset coranique, «Allah détermine la nuit et le jour. Il sait que vous ne saurez jamais passer toute la nuit en prière. Il a usé envers vous avec indulgence. Récitez donc ce qui [vous] est possible du Coran. Il sait qu’il y aura parmi vous des malades, et d’autres qui voyageront sur la terre, en quête de la grâce d’Allah, et d’autres encore qui combattront dans le chemin d’Allah. Récitez-en donc ce qui [vous] sera possible», il précise  que «Récitez-en donc ce qui [vous] sera possible» ne signifie pas lire ce qui est le plus facile dans le Coran mais réciter ce dernier au maximum. «Lire le Coran le plus possible. Dans un  verset, Allah dit : ‘‘Et de la nuit consacre une partie [avant l’aube] pour des salat surérogatoires : afin que ton Seigneur te ressuscite en une position de gloire’’.»
«Par ces paroles, Dieu ordonne au prophète de lire le Coran au cœur de la nuit et en contrepartie, il obtiendra la chafaâ pour sa oumma. Mais ce n’est pas une obligation pour les autres croyants, car il s’agit d’une nafila», dit-il, ajoutant  que l’évocation intense ouvre droit au pardon et à une place privilégiée auprès de Dieu. De même que les louanges telles que «Gloire à Allah et louange à Lui».
A ce propos, dans un hadith, le Prophète (QSSSL) dit : « Celui qui dit gloire à Allah et louange à Lui aura au paradis un palmier planté à son intention.»
Farida Belkhiri