Exploitation : Dans une année à deux ans

Le groupe Sonatrach a annoncé deux nouvelles découvertes de pétrole et de gaz dans les wilayas de Touggourt et d’El Bayadh. L’entreprise affirme vouloir accélérer leur développement pour augmenter sa production en hydrocarbures.

Selon l’expert pétrolier Mohammed-Saïd Beghoul, «lorsqu’on parle de découverte en matière d’hydrocarbures, cela suppose que l’entreprise a trouvé du pétrole et du gaz pour la première fois dans une région». Il reste à savoir, poursuit-il, «si la rentabilité de la découverte est conséquente pour compenser nos baisses de réserves».
Il affirme que «pour l’heure, les volumes de brut en place (prouvés et probables) dans la région de Touggourt, avant le forage du puits de délinéation Woen-2, sont estimés à 546 millions de barils. Le résultat positif de ce puits a permis néanmoins une réévaluation de ces volumes à 961 millions de barils».
Le test de production réalisé dans le puits d’exploration dans la wilaya d’El Bayadh a, quant à lui, «mis en évidence une découverte de pétrole brut et de gaz associé avec des débits de 925 barils/jour de pétrole et 6.456 m3/jour de gaz», ajoute-t-il. Il tient, toutefois, à préciser que «ces chiffres ne concernent que les réserves en place, car la récupération ne devrait pas dépasser généralement 25 à 30% des réserves découvertes». «Il faut comprendre qu’il existe une différence entre réserves découvertes et celles qui sont récupérables», précise-t-il.
Pour ce qui est de la rentabilité des deux nouveaux puits, il explique qu’«il s’agit de premières prospections et explorations, alors que nous avons besoin de plusieurs forages de délinéation pour avoir une idée précise des réserves récupérables et apprécier l’étendue de la découverte». Selon l’expert, ces résultats ne seront connus qu’après plusieurs études de développement avant de procéder à la valorisation de ces nouvelles ressources.
Pour lui, l’exploitation des hydrocarbures sur ces deux périmètres ne peut certes pas doubler nos réserves qui sont de l’ordre de 10 milliards de barils. « Elle peut néanmoins rehausser notre production de quelques barils dans un avenir très proche, puisque Sonatrach compte accélérer le processus d’exploitation de ces deux découvertes après avoir confirmé l’extension de leurs réserves». Le groupe a, dit-il, «besoin de mettre ces puits aussitôt en production pour pouvoir satisfaire la demande croissante en matière des hydrocarbures à l’interne et l’externe». «Si par le passé, les puits découverts peuvent mettre jusqu’à dix ans avant qu’ils ne soient en capacité de production, les nouvelles découvertes seront exploitées dans une  à deux années», soutient-il.
Pour l’ancien cadre de Sonatrach, le volume de nos exportations en hydrocarbures enregistre, depuis 2008, une évolution en dents de scie. Pour cette raison, il estime nécessaire de «stopper complètement et durablement ce déclin à travers l’augmentation de nos réserves qui ne peut se faire qu’après le renforcement des découvertes».
Assia Boucetta