Exposition « Les oubliées de l’histoire» :  Femmes algériennes, d’hier et d’aujourd’hui

« Les oubliées de l’histoire » est une exposition dédiée à la femme algérienne sur une trajectoire historique et artistique. Son impacte sur la société, sa participation à l’édification de son pays, sa lutte contre le colonialisme, pour la liberté, mais aussi son empreinte dans le monde de l’art et de la culture, sont les thèmes abordés par l’artiste peintre Fatma Zorhra Bouaouni, qui a fait de ses tableaux de véritables œuvres parlantes mais aussi évocatrices.

Organisé par Babzman, site de culture d’histoire et de patrimoine algérien, l’évènement en question qui a ouvert ses portes le 18 décembre 2021, s’étend jusqu’au 15 janvier 2022 au palais des Rais (Bastion23). La femme algérienne résistante, a été honorée. C’est de la sorte, que l’artiste a choisi de mettre en valeur les femmes de son pays, et les a fait sortir de l’ombre pour que nul n’oubli.
 Pour elle, chaque image est en elle-même une histoire. En effet, du point de vu historique, l’exposition a mis en valeur, la participation de la femme algérienne en pleine révolution, sa lutte, sa démarche, mais aussi le port d’arme. D’ailleurs, l’artiste a intitulé ce volet « Femmes dans l’histoire », mettant en valeur plus d’une trentaine de biographies de figures connues à l’exemple de Fatma Nsoumer, Hassiba Ben Bouali, Zohra Drif, Djamila Bouhired, Djamila Boupacha. L’artiste n’oublie pas aussi les femmes victimes de la décennie noire. Elle leur rend hommage à travers Nabila Djahnin, Rachida et Houria Hammadi, et Katia Bengana dans « Martyres de la décennie noire ». Elle estime, que ces femmes symbolisent le courage et la détermination.
 Le volet artistique, est une véritable découverte aussi sous le thème « Les gardiennes du temple ». Une dizaine de tableaux, exposent la femme algérienne dans tout son éclat, aux côtés des femmes résistantes de l’Afrique Subsaharienne. Soit des héroïnes de l’ombre qui véhiculent et protège un héritage qui résiste au temps. Il y aussi, des femmes en hayek, la grand-mère avec ses petits enfants. Ces femmes sont tout simplement belles et respirent la liberté.
 Dans un style semi-abstrait, aux couleurs lumineuses qui respirent la vie, cette manifestation s’est voulue être un espace où se côtoient les femmes algériennes aux multiples talents. C’est aussi une expression artistique, aux détails évidents, particulièrement, à travers le somptueux tableau dédié au mausolée de Sidi Abderrahman. Sa palette colorée, est tout simplement une invitation à l’évasion. Ses tableaux, créer un effet très particulier. C’est dire que l’art semi-abstrait, est poétique et évolue dans une symphonie de couleurs.
Cette manifestation en cache une autre. En effet, l’exposition comprend un volet littéraire. Babzman a fait la présentation du livret « Femmes dans l’histoire de l’Algérie ». Un registre qui rend hommage, en 7 volumes, à 40 femmes d’exception, en vue de les immortaliser en récit historique.
Rym Harhoura