Gestion des situations de crise : La Com comme élément stratégique

La problématique de la communication de crise ne cesse de revenir en avant et faire réagir beaucoup d’acteurs. Depuis la crise sanitaire liée à la Covid-19, en Algérie, la fonction communication s’est présentée comme un outil indispensable à la prévention sanitaire et à la vulgarisation des bonnes conduites.
Mais beaucoup d’acteurs jugent nécessaires d’accorder plus d’attention à la communication, prenant exemple de la gestion de crises qu’a traversées le pays (incendies, Covid-19, inondations, accidents routiers, industriels). Il est noté, à titre d’exemple, la standardisation des campagnes de sensibilisation, l’absence de coordination intersectorielle, la non-implication des profils techniques dans les cellules de crise, la confusion entre information et communication, le manque de réactivité face aux crises.
Pour l’expert en communication, Mohamed Cherif Amokrane, le traitement de la fonction communication au sein des organisations publiques se fait en fonction des connaissances des gestionnaires publics, leur culture managériale et leur culture de crise. Mais il y a bien un autre élément qui est préoccupant, «bon nombre de gestionnaires continuent à se fier à des croyances et autres fausses règles dans leur travail», note-t-il.
Au-delà du manque de profil spécialisé et de compétences qualifiées dans la communication de crise, les gestionnaires peuvent améliorer leur gestion en identifiant, selon Amokrane, les forces et les faiblesses de leur organisation avec les experts et en appliquant leur expertise.
En matière de gestion des crises, l’expert relève un point important. Il dit que les cellules de crise sont souvent faibles à cause de deux facteurs. Premièrement, elles comptent rarement toutes les compétences nécessaires face à la crise. Deuxièmement, elles ne sont pas toujours rattachées directement aux sphères de décision, ce qui limite leur impact dans la prise de décision.
Avant qu’elle contribue efficacement à la prévention des crises, la communication doit retrouver sa place dans la gestion des tâches quotidiennes au sein des institutions. Quant aux situations de crise, il faut de l’agilité, de l’innovation, un leadership adapté au contexte. Aussi, l’expert estime que les responsables de la communication ont un rôle à jouer à travers la sensibilisation en interne. Ils doivent d’abord se former et monter en compétence, avant de faire l’effort de pédagogie envers les décideurs et les collègues.
Hanny T.