Giovanni pugliese, ambassadeur d’Italie : « Les relations algéro-italiennes sont profondes»

L’ambassadeur d’Italie en Algérie, Giovanni Pugliese, a déclaré, à l’occasion de la célébration de la Fête nationale italienne, que l’Algérie et l’Italie connaissent «une phase tout à fait exceptionnelle de (nos) relations bilatérales». Célébrée le 2 juin dernier au niveau de la résidence de l’ambassadeur, la Fête nationale italienne s’est déroulée en présence de Basma Azouar, ministre des Relations avec le Parlement, de Mohamed Arkab, ministre de l’Energie et des Mines, et des représentants du corps diplomatique accrédité en Algérie.
Soulignant que cette fête est célébrée alors que la guerre se déroule en Ukraine, l’ambassadeur rappelle que l’Algérie et l’Italie partagent la même volonté «de promouvoir la raison et la paix». Affirmant le caractère «important» de cette célébration, l’ambassadeur rappelle qu’elle se déroule après la pandémie du coronavirus et alors que «nous célébrons le soixantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie et le soixantième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays». Des relations qu’il décrit comme étant «sincères, égales et profondes» et remontant à avant l’indépendance de l’Algérie. Ceci a été récemment affirmé, poursuit-il, par les visites d’Etat respectives du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, en Italie et de Sergio Mattarella en Algérie qui ont tous les deux relevé que cette amitié «repose avant tout sur la confiance», les deux pays étant «des partenaires naturels».
Ces deux visites, poursuit le diplomate, sont «historiques» et revêtent un caractère «inédit» qui témoigne «de la profondeur et de l’ampleur de nos relations bilatérales». Assurant la réciprocité de leur entente, l’ambassadeur affirme que «l’Italie pourra toujours compter sur l’Algérie comme l’Algérie pourra toujours compter sur l’Italie». Ceci «avec l’espoir de pouvoir bâtir ensemble le meilleur avenir possible». Les deux «pays et peuples frères» sont unis à bien des égards, affirme-t-il, notamment par la Méditerranée, l’histoire, «des liens culturels profonds et solides et le partenariat énergétique».

Renforcer les liens économiques
Pugliese n’a pas manqué cette occasion pour affirmer l’engagement de l’Italie à «renforcer et étendre à de nouveaux domaines» les liens économiques.
Ceci, énumère-il, «en passant de l’agro-industrie aux énergies renouvelables, de la pêche au marbre». Sans oublier de citer la «collaboration historique et de plus en plus étroite entre ENI et Sonatrach», l’ambassadeur a annoncé vouloir «créer de nouveaux liens entre le secteur privé italien et algérien». Notamment dans le domaine des PME, et ce, grâce à l’accord signé à Rome la semaine passée.
Dans ce sens, il a affirmé suivre «avec beaucoup d’intérêt, d’espoir et de confiance» les réformes annoncées par le gouvernement algérien en ce qui concerne l’amélioration du climat d’affaires et la révision du code de l’investissement. S’enorgueillissant de «la participation sans précédent» des entreprises italiennes aux salons professionnels algériens tels que Batimatec et Djazagro, l’ambassadeur a annoncé la tenue prochaine du 4e Sommet intergouvernemental les 18 et 19 juillet prochain à Alger.
Un événement qu’il juge propice à la signature «de nouvelles ententes dans plusieurs domaines et qui sera également accompagné par un grand forum d’affaires». De même, il a rappelé les «nombreux chantiers de grands travaux d’infrastructures» réalisés par les entreprises italiennes et qui contribuent, précise-t-il, «à la croissance de l’Algérie».
 Sarra Chaoui