Glissement de terrain à Aïn El-Hammam : Habitants et administration campent sur leurs positions

Le problème d’évacuation des habitations touchées par un glissement de terrain dans la ville d’Aïn El-Hammam (60 km au sud est de Tizi-Ouzou)n’est pas près de connaître son épilogue.

L’administration a décidé de poursuivre la démolition d’habitations et commerces le long de la rue principale. Une nouvelle décision a été notifiée aux128 foyers et 60 commerces concernés par un arrêté promulgué le1erjanvier 2022. Regroupés en association, les occupants ont, dans une pétition, fait valoir leurs droits. Pour eux, «la décision ne revêt aucun critère valable». «Nous n’avons jamais été mis au courant d’une quelconque expertise concluant à un risque de danger imminent», écrivent-ils, rappelant qu’ils habitent et exercent leurs activités depuis plus de 20 années et ne souhaitent pas être déracinés». Pour eux, la démolition peut être évitée et des solutions, énumérées dans la pétition, existent et il suffit d’une volonté des pouvoirs publics.
Enfin, ils exhortent l’administration à effectuer «une expertise pertinente et indépendante». Après avoir menacé de battre le pavé dans la matinée de ce dimanche, les protestataires ont rencontré le wali qui s’est rendu sur les lieux. Lors d’une rencontre, le wali s’est montré intransigeant, refusant toute idée de surseoir à la décision d’évacuation et de démolition. Il s’est toutefois engagé à assurer le transport et la restauration des candidats aux examens de et vers les centres d’examen. «La seule concession que le premier magistrat de la wilaya aurait accordée, mais au conditionnel, est de mettre en place éventuellement une nouvelle expertise non sans exiger au préalable l’évacuation des lieux», confie un membre du collectif qui a rencontré le wali au siège de la daïra. Ce dernier a tenu à réitérer la position de ne pas quitter les lieux sans l’obtention des conclusions de l’expertise indépendante. Nous avons appris, par ailleurs, qu’un citoyen d’Aïn El Hammam a fait don d’une assiette foncière de 4 ha et qu’il sera procédé au choix d’un terrain pour la réalisation de 500 logements.
En attendant, 128 ménages concernés par l’évacuation seront recasés à Oued Fali, au chef-lieu de wilaya, dans des logements initialement destinés aux habitants de la commune de Tizi-Ouzou.
Rachid Hammoutène
 
cor kader