Goûter les plats alors qu’on jeûne est à éviter

Durant le mois de Ramadhan, les ménagères  ont tendance à goûter les plats du bout de la langue avant de tout recracher. La plupart des érudits déconseillent ce geste même si tout est vite  recraché.

Certains affirment même, comme l’imam Malek, que celle ou celui qui le fait doivent rattraper leur jeûne. «Ce sont généralement des femmes expérimentées dans la cuisine qui préparent les repas durant le mois de jeûne. Elles connaissent  les quantités de sel ou de sucre à mettre dans les plats. Il est préférable de ne pas goûter aux plats», indique l’imam Ali Chaïb.
Le jeûne est invalidé également, poursuit-il, quand les mères mâchent la nourriture à l’intention de leurs enfants pour faciliter la digestion à ces derniers. En revanche, si le jeûneur avale la nourriture restée entre ses dents et si une mouche entre dans sa gorge, le jeûne est valide.
Pour ce qui est du misawak (bois d’araq), certains genres sont tolérés durant le jeûne, mais pas tous. «Il a été prouvé que le Prophète, QSSSL, mâchait le miswak quand il jeûnait. Seulement, l’imam Malek interdit l’utilisation du miswak vert et le miswak humide, car ils dégagent des substances que le jeûneur peut avaler par inadvertance au risque d’invalider  son  jeûne», affirme-t-il. Se rincer la bouche pour se rafraîchir et diminuer la sensation de soif, durant l’été surtout, n’invalide pas le jeûne, poursuit-il. Seulement, prévient-il, il faut faire attention pour que les gouttes ne glissent pas dans la gorge. Dans ce cas, le jeûneur doit rattraper le jeûne. «Pour ce qui est du dentifrice, il vaut mieux l’utiliser le soir et non dans la journée, au moment du jeûne. Certaines pâtes renferment  du sucre», explique notre interlocuteur.
Selon l’imam Malek, un jeûneur qui vomit involontairement ne voit pas son jeûne invalidé. L’imam Malek, précise-t-il, s’est référé au hadith du prophète qui dit que «le jeûneur pris de vomissements n’aura pas à rattraper son jeûne, contrairement à celui qui le provoque» ou bien «le jeûneur qui vomit volontairement devra rattraper son jeûne, contrairement à celui qui le subit».
Ce qui signifie, conclut l’imam, que les jeûneurs qui ne vomissent pas volontairement ne sont pas appelés à rattraper leur jeûne ni à expier.
Farida Belkhiri