Grandes échéances : Bouslimani insiste sur l’importance de « la contribution professionnelle » des médias nationaux

Le ministre de la Communication, Mohamed  Bouslimani a insisté, ce jeudi à Alger, sur l’importance de « la contribution professionnelle » des médias nationaux pour garantir le succès des grandes échéances que l’Algérie devrait abriter prochainement et « barrer la route à ses détracteurs qui utilisent les médias virtuels pour lui porter atteinte ».

« Ces médias, qui ont toujours été fidèles aux questions du pays, devront affirmer leur contribution professionnelle pour garantir le succès des grandes échéances que notre pays devrait abriter prochainement, à l’instar  de la 19e édition des jeux méditerranéens (JM), du 60 anniversaire des fêtes de l’Indépendance et de la Jeunesse et du prochain Sommet arabe », a indiqué M. Bouslimani dans une allocution prononcée à l’occasion de la signature d’un accord de partenariat entre le Haut commissariat à  l’amazighité (HCA) et le Centre international de presse (CIP).  Cette contribution, a-t-il ajouté, permettra de « barrer la route aux  détracteurs de l’Algérie qui utilisent les médias virtuels pour porter atteinte à notre pays, notamment à travers la diffusion de fake news, outre le blackout sur les acquis réalisés dans les différents domaines ».
« Cette réalité et les mutations profondes que connaît notre pays dans un environnement régional et international perturbé traduisent l’impératif de renforcer l’action commune et la coordination des efforts, notamment dans  le domaine des médias et de la communication », a poursuivi le ministre.
Evoquant la convention signée entre le CIP et le HCA, le ministre a soutenu que la complémentarité institutionnelle est devenue « un impératif dicté par les défis technologiques ayant créé une réalité médiatique menaçant les spécificités des pays et les éléments de sa cohésion, ce qui exige  davantage de vigilance et la conjugaison des efforts en vue de la promotion du rôle des médias dans la défense des fondements de notre identité commune et notre unité nationale, notamment les langues arabe et amazigh ».
Cette convention se veut « une procédure pratique concrétisant le rapprochement de la coordination, la concertation et la complémentarité, adoptée dans le programme d’action du ministère de la Communication » en  tant que « nouveau jalon qui s’ajoute à l’édifice de la coopération institutionnelle, en vue de renforcer l’utilisation de la langue amazighe à  travers les espaces médiatiques et les moyens de communication diversifiés », a soutenu le ministre.
Le Secrétaire général du HCA, Si El Hachemi Assad a insisté sur « l’impératif de renforcer plus que jamais la place de la langue amazighe à travers la valorisation de son rôle et son emploi dans les contenus médiatiques pour contribuer au renforcement du front interne et préserver l’image et les réalisations de l’Algérie, notamment dans ce contexte  sensible où nous assistons à une campagne de propagande malveillante visant à porter atteinte aux acquis de la nation algérienne ». Il a indiqué que la convention de partenariat avec le CIP vise à « renforcer et à élargir l’utilisation de la langue amazighe dans l’ensemble des tribunes médiatiques en exécution du programme du HCA prévoyant  l’organisation de plusieurs rencontres internationales et nationales et du prix du président de la République pour la littérature et la langue amazighe ».
Le directeur du CIP, Raouf Maamri a affirmé que la convention a pour objectif de « renforcer la communication institutionnelle et la nouvelle  vision stratégique adoptée par le CIP, et ce en scellant des relations de travail et de coopération avec toutes les institutions et instances en mettant à leur disposition l’expérience du Centre dans le domaine de  l’audiovisuel et l’échange des expériences en matière de formation ».