Groupe d’amitié parlementaire Rabat – Entité sioniste La société civile marocaine s’indigne et crie au scandale

La société civile marocaine s’est indignée du lancement d’un groupe d’amitié parlementaire Maroc-Entité sioniste, qualifiant cette nouvelle démarche de normalisation du régime du Makhzen de «scandaleuse et criminelle» qui «trahit» la cause palestinienne. Dans un communiqué, l’Observatoire marocain contre la normalisation a qualifié la démarche du Parlement marocain de «crime contre la volonté populaire et de politique qui démontre la dislocation de l’Etat et de ses institutions». «Celui qui a initié cette démarche n’aura jamais la conscience tranquille. La honte et le déshonneur le poursuivront jusqu’au dernier jour de sa vie.
Les Marocains s’en souviendront et sauront le classer dans le fichier des traîtres et d’ennemis du peuple, de la cause palestinienne et des martyrs», a écrit l’Observatoire, notant que «ce groupe, tout comme les autres normalisateurs, ne représente que lui-même, tant que le peuple marocain est et restera éternellement aux côtés du peuple palestinien et de sa cause». S’appuyant, en outre, sur les manifestations du rejet de la normalisation avec l’entité sioniste un peu partout au Maroc, l’Organisation a indiqué que le geste du Parlement est doublement condamnable. «Outre le fait qu’il va à l’encontre de la volonté populaire, il est tyrannique, prémédité et trahit l’essence même de la fonction du Parlement et sa raison d’être», a-t-il noté, sachant que le processus de normalisation n’est qu’un troc effectué à l’époque de l’ex-président américain Donald Trump, contre la reconnaissance de la prétendue «souveraineté» marocaine sur le Sahara occidental.
Faisant remarquer, dans ce sens, que le Parlement marocain n’en est pas à sa première trahison, l’organe a rappelé que «cette Chambre, définitivement en rupture avec le peuple, a trahi l’opinion nationale en invitant récemment en catimini au sein de son hémicycle un colonel sioniste, sous une fausse identité, le présentant comme étant un Franco-Marocain spécialiste en géopolitique». L’organisation marocaine a déploré le fait que «cet évènement se soit déroulé alors que l’ennemi sioniste tuait lâchement la brave journaliste palestinienne Sherine Abou Aqlah» en Palestine. Pour sa part, le Front marocain de soutien à la Palestine et anti-normalisation (section de la ville d’Agadir) a dénoncé vivement la démarche honteuse du Parlement, la qualifiant de tentative désespérée et vaine. Il a saisi aussi l’occasion pour fustiger les nombreuses festivités de normalisation programmées à Souss Al-Alima et dans d’autres régions du pays. Réitérant, enfin, son soutien indéfectible à la cause palestinienne, la section d’Agadir a appelé «l’élite et les habitants de la région de Souss Al-Alima et des régions environnantes à refuser de la façon la plus ferme toute forme de normalisation avec l’entité sioniste et à rester fidèles à leur histoire et passé glorieux».