Guterres : «Les fermetures de frontières dues au Covid sont injustes, punitives et inefficaces »

Face au variant Omicron, les fermetures de frontières sont « profondément injustes, punitives et inefficaces », a affirmé mercredi le secrétaire général de l’ONU, Antonio  Guterres, en appelant à favoriser les tests pour les voyageurs. « Avec un virus vraiment sans frontières, les restrictions de voyage qui  isolent un pays ou une région ne sont pas seulement profondément injustes et punitives, elles sont inefficaces », a-t-il asséné lors d’un  point-presse, en dénonçant le « scandale » d’une condamnation de l’Afrique pour n’être pas assez vaccinée. Evoquant l’Afrique du Sud, qui a signalé l’apparition d’Omicron le 24  novembre et a vu des frontières se fermer à ses ressortissants, le chef de l’ONU a estimé que les pays ne devraient pas « être collectivement punis pour avoir identifié et partagé des informations scientifiques et  sanitaires cruciales avec le monde ». C’est « injuste » et « immoral », a-t-il répété.