Handball :  Le sept national chute une seconde fois face à l’Egypte 

Dans le cadre de sa préparation pour les jeux méditerranéens d’Oran, l’équipe nationale senior de handball a essuyé dans la soirée de samedi une seconde lourde défaite face à l’Egypte (35-17, mi-temps 14-07) au complexe olympique du Caire.

Un second test qui a montré une fois de plus les limites physique et technique de notre équipe nationale. Après plus d’une année d’arrêt, les coéquipiers de Hadj Sadok ont été fixés sur leur niveau actuel, et ce, en dépit de qualités intrinsèques de chaque joueur. Les Pharaons avec un amalgame entre anciens et nouveaux, ont donné une leçon de handball et de réalisme aux poulains de Rabah Gherbi. Ce dernier qui a pris les commandes de la sélection récemment, a vu qu’il a déjà du pain sur la planche. Hormis quelques satisfactions individuelles comme le gardien Khelifa Ghedbane, Messaoud Berkous et d’un degré moindre Hadj Sadok, l’ensemble a été incohérent durant les deux matches. En dépit de la pointure de l’adversaire devenu la meilleure équipe africaine et parmi le top huit mondial, la prestation de la sélection nationale durant les deux rencontres est inquiétante à moins de trois mois du coup d’envoi de la manifestation méditerranéenne. Un événement durant lequel la sélection nationale doit éviter l’humiliation devant son public.
Une probable désillusion va donner un coup au moral aux Chahbour and Co avant d’entamer le championnat d’Afrique 2022 prévu du 11 au 18 juillet prochain au Caire. L’heure est à faire un constat du mal profond dont ne souffre pas seulement l’équipe nationale, mais la petite balle nationale en général. Pour préparer les deux prochaines échéances, l’urgence est de programmer un maximum de matches pour que le sept national puisse rattraper le retard en matière de compétition, notamment pour les joueurs issus de notre championnat national. D’ailleurs, plusieurs éléments sont passés à côté de leur sujet particulièrement en défense. Un tel manque d’agressivité prévisible a laissé les ouvertures pour les attaquants égyptiens, qui ont varié leur jeu entre les neuf mètres et les ailes.
Adel K.