Handball : Les U18 filles au tournoi d’Ivry

Appelée à prendre part au championnat du monde U18 filles de handball prévu du 30 juillet au 10 août, l’équipe nationale, coachée par Nadia Benzine, prendra part du 1er au 4 juin à un tournoi en France sur invitation du club français l’US Ivry.

Une aubaine pour le sept national d’avoir au moins trois matches dans les jambes, en attendant de jouer d’autres d’ici le mois de juillet, soit le 30 juillet, qui marquera le coup d’envoi du championnat du monde qui se déroulera à Skopje, en Macédoine. La Fédération internationale (IHF) a décidé de changer le lieu de la compétition prévue initialement à Tbilissi, en Géorgie. Qualifiée pour la première fois de son histoire à un Mondial, la sélection nationale a arraché la 3e place lors du 7e championnat d’Afrique qui s’est déroulé à Conakry en Guinée du 26 février au 4 mars de cette année. Une compétition qui était d’un niveau au-dessus de la moyenne en présence de quelques sélections en apprentissage comme la Gambie, le Burkina-Faso et la Sierra-Leone. Formée dans un premier temps par l’ex-entraîneur Naili Daouda Djamila, l’équipe nationale a connu quelques changements sous l’ère Benzine. En prévision du championnat du monde, la préparation doit être chargée en matches amicaux.
Ce sera, d’ailleurs, le seul moyen pour que les filles évitent de concéder des défaites historiques face à des équipes déjà en préparation depuis au moins un cycle olympique. Un point qui a été d’ailleurs soulevé à maintes reprises par plusieurs spécialistes en la matière, juste après le championnat d’Afrique. Depuis, aucun détail n’a été dévoilé par la direction des équipes nationales par rapport au programme de préparation qu’il fallait entamer dès le mois de mars dernier. Ce qui aurait permis aux filles de se préparer continuellement pendant cinq mois consécutifs, soit jusqu’au mois de juillet.
En matière d’effectif, il faut souligner que la sélection U18 a besoin d’un renfort quantitatif et qualitatif et dans plusieurs postes. Jusqu’à présent, la venue de joueuses de l’Hexagone n’a pas encore été décidée. Pourtant, un nombre important de U18 binationales évolue à l’étranger, notamment en France.  La balle est dans le camp du coach national Benzine, qui, rappelons-le, avait déclaré avant le départ pour Conakry qu’elle assumait pleinement ses choix.
Adel K.