Hausse vertigineuse des accidents de la route: L’hécatombe

Le bilan des accidents de la route est revu à la hausse durant ce mois sacré. Les derniers chiffres font état de 73 morts et 2.625 blessées, selon le capitaine Nassim Bernaoui, chargé de communication à la Direction générale de la Protection civile. Selon la même source, plus de 8.300 accidents ont été enregistrés depuis le début de mois de Ramadhan, dont le bilan le plus lourd a été enregistré durant le quantième jour du Ramadan avec 11 morts et 172 blessés. Sur la tranche horaire, le responsable a indiqué que les accidents sont survenus entre 14h et 20h. Quant aux causes de cette hécatombe, le facteur humain en est responsable à plus de 81%. Plusieurs actions de sensibilisation ont été menées par les différents services de sécurité sous le slogan «Un Ramadhan sécurisé sur les routes». Lors de ces campagnes, les usagers de la route ont été appelés notamment à éviter l’excès de vitesse, la conduite en cas de fatigue ou de manque de sommeil et les manœuvres dangereuses. Face à cette situation, la Protection civile a intensifié les appels à la prudence et au respecter du code de la route. Le président de l’académie nationale de la sécurité routière, Ali Chiguen, a qualifié ce bilan d’alarmant.  Malgré toutes les campagnes de sensibilisation et d’information menées par les services de sécurité, la Protection civile et la société civile, il a été enregistré une moyenne de dix morts et des dizaines de blessés chaque jour. «Ce mois de Ramadan est exceptionnel. Au moment où nous avons attendu une baisse des accidents durant cette période, nous sommes surpris par ce bilan macabre», a-t-il regretté. Il a plaidé pour l’introduction de nouveaux mécanismes en matière de formation des formateurs en conduite, pour prévenir les accidents de la circulation. Il a rappelé que plus de 65% de ces accidents sont causés par les détenteurs de permis de conduire de moins deux ans dont la tranche d’âge est entre 20 et 38 ans. Il est temps, pour lui, de tirer la sonnette d’alarme et de revoir la qualité de formation en initiant de nouveaux programmes avec l’introduction des nouvelles technologies et de se conformer aux standards internationaux. Chiguen  a mis l’accent sur la nécessité d’intensifier les campagnes de sensibilisation au niveau des écoles pour inculquer aux enfants la culture routière, quasiment absente chez la plupart des conducteurs. En plus du facteur humain, Chiguen a évoqué aussi la dégradation des routes. «Certains tronçons de l’autoroute est-ouest sont impraticables comme Bouira, Boumerdes et Bordj Bou-Arréridj d’où l’urgence de procéder à des travaux de réhabilitation», a-t-il dit. Il a également appelé les médias, notamment les radios locales, à intensifier les campagnes de sensibilisation et d’information sur ce fléau qui endeuille chaque année des milliers de familles.
Il est à rappeler qu’entre le 12 et le 18 du mois en cours, 301 accidents ont été enregistrés avec 17 morts et 346 blessés. Pour la période allant du 10 au 16 avril, 34 personnes ont trouvé la mort et 1.108 ont été blessées dans 964 accidents de la circulation. Pour la même période, le bilan le plus lourd a été enregistré à Mostaganem avec 5 morts et 23 blessés.
Samira Belabed