Henni à Sétif : « On pourra se passer de l’importation des semences de certains produits agricoles de large consommation d’ici deux ans »

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohamed Abdelhafid Henni, a indiqué samedi dans la commune de  Guellal (Sétif) que la poursuite de la mise en œuvre des programmes du secteur à ce rythme nous évitera d’ici deux ans d’importer les semences de certains produits agricoles de large consommation.

Dans une déclaration à la presse au niveau de la Société Agro Développement (SAGRODEV), relevant du Groupe de valorisation des produits agricoles (GVAPRO), en marge d’une visite de travail dans la wilaya de Sétif, en compagnie du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, M. Henni a précisé que « la poursuite de la mise en £œuvre des programmes du secteur agricole à ce  rythme nous permettra, d’ici deux ans, de nous passer de l’importation des semences de certains produits de large consommation comme la pomme de terre et de réduire ainsi la facture d’importation ».
« L’Algérie est l’un des rares pays à produire des semences de produits de large consommation », a affirmé le ministre, jugeant nécessaire de suivre et d’accompagner les sociétés qui assurent une telle production comme la Société de développement agricole qui produit différentes générations de  semences de pommes de terre, pour renforcer et améliorer la sécurité alimentaire.
S’agissant de la campagne moisson-battage 2022, M. Henni a affirmé que « des instructions ont été données aux responsables locaux à travers toutes les wilayas du pays, à l’effet de procéder à la collecte de la plus grande  quantité possible de blé », ajoutant qu’il « ne doit pas y avoir une grande différence entre la production et le stockage, et ce en application des directives du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune.
Le ministre a fait savoir que plusieurs décisions ont été prises au profit des agriculteurs, en leur permettant de reprendre  l’orge stocké en cas de besoin pour son utilisation comme semences ou aliments de bétail, à un prix subventionné, et en assurant la gratuité de l’opération de récolte de l’orge, en sus de nombreux avantages au profit des éleveurs, y compris le suivi vétérinaire, à condition que ces derniers soient structurés dans un cadre organisé afin de faciliter la mise au point d’une politique de  développement du secteur.
M. Henni a indiqué en outre que « son département tend à associer plusieurs secteurs, dont l’Energie et les Mines dans l’opération de raccordement des exploitations agricoles à l’électricité, les Ressources en eau pour l’octroi des autorisations de forage de puits d’irrigation, de manière flexible et sans délais, et l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique dans de nombreux domaines, à l’instar de l’encadrement des instituts relevant du secteur.