Homologation des dispositifs médicaux : Priorité aux produits fabriqués localement

Les dispositifs médicaux fabriqués localement sont prioritaires lors du traitement des dossiers d’homologation, a indiqué ce jeudi le directeur de la commission d’homologation des dispositifs médicaux au ministère de l’Industrie pharmaceutique, Bachir Allouache.

« Les dispositifs médicaux fabriqués localement sont prioritaires lors du traitement des dossiers, car il y a déjà une vérification pour les dispositifs importés qui se fait par les services de la direction des activités pharmaceutiques et de la régulation au niveau du ministère », a-t-il souligné en marge du Salon international du mobilier hospitalier et  de l’équipement médical (SIMEM), qui se poursuit au Centre des conventions d’Oran (CCO) jusqu’au 14 mai en cours.
Bachir Allouache, également directeur des activités pharmaceutiques et de la régulation, a rappelé qu’un décret (20-324) qui fixe les modalités d’homologation a été adopté afin de garantir la qualité, la sécurité et l’efficacité des produits pharmaceutiques en général. « Il s’agit d’une première en Algérie, car auparavant ce domaine échappait à tout contrôle », a-t-il déclaré, faisant savoir que ce décret donne un délai de deux ans pour l’homologation de l’ensemble des dispositifs médicaux commercialisés en Algérie. »Les dispositifs médicaux sont un domaine très vaste et très hétérogène. On passe d’un simple consommable comme les compresses à un équipement médical complexe et sophistiqué », a-t-il encore noté.
L’opération d’homologation et de régularisation des dispositifs médicaux  commercialisés en Algérie a été, par ailleurs, renforcée avec la signature d’une convention entre l’Agence nationale des produits pharmaceutique (ANPP) et l’organisme algérien d’accréditation « Algerac », a-t-il ajouté,  affirmant que ces mesures permettront d’assainir un passif hérité par le  ministère de l’Industrie pharmaceutique ».