Inauguration de la galerie du CIC : Zaphira Yacef rend hommage aux Martyrs

Zaphira Yacef, fille du moudjahid Yacef Saadi, expose, depuis vendredi, ses œuvres sous le thème de «L’art pictural dans la symbolique de l’islam et de l’Histoire».

Inaugurant la galerie d’art du Centre international des conférences Abdellah-Rahal (CIC), l’exposition se veut une «ode à la gloire des nombreux martyrs de la Révolution» et un hommage au père de l’artiste, décédé le 10 septembre dernier, précise Zaphira.
Celui-ci est, estime-t-elle «deux fois martyr car il a mené deux batailles, jusqu’à son dernier souffle». «Celle pour l’indépendance de l’Algérie», continue-t-elle, «et celle après 1962 pour la mémoire».
La Fondation Zaphira-Yacef, désormais baptisée Zaphira et Yacef Saadi depuis que le héros de la bataille d’Alger est parti rejoindre ses frères d’armes, commémore chaque année le mois de novembre afin que perdure la mémoire.
Rehaussant la galerie, se trouve le nom d’Allah sous plusieurs formes picturales et artistiques, ceci «afin que les visiteurs prient pour l’âme des martyrs et des moudjahidine» explicite Zaphira.
Plusieurs noms du divin en calligraphie arabe sont agrémentés de fleurs, de couleurs chaleureuses et stylisés sous différentes formes. «Les visiteurs se trouvent ainsi à citer le nom d’Allah par un vendredi, jour sacré, à la gloire des martyrs», évoque-t-elle, rappelant que feu Yacef Saadi «est né un vendredi et nous a quitté par un vendredi».
À ce propos, de nombreux poèmes à la gloire des martyrs, hommes et femmes, sont aussi exposés à l’entrée de la galerie. Louant leurs exploits, leur amour pour la patrie, ils rendent hommage tout en poésie, aux valeureux combats menés au prix de leur vie.
Parmi les poèmes, un en particulier attire l’attention et émeut les visiteurs d’une façon certaine. Il s’agit du poème rendant hommage au moudjahid Yacef Saadi, agrémenté de sa photo, les yeux fermés, à un âge avancé.
Écrit par Rachid Rezagui, quelques jours après le décès du moudjahid, le poème raconte le dernier voyage de Yacef pour rejoindre ses frères d’armes. Il leur conte comment l’Algérie se porte depuis 1962 et leur confie ses espoirs pour l’avenir de la patrie.
La Fondation Zaphira et Yacef-Saadi à travers cette exposition et ses actions en général, «œuvre à préserver la mémoire historique et culturelle de l’Algérie» a déclaré sa vice-présidente, Mhajia Bouchentouf. C’est «une composante importante du développement de l’enfant et de l’adulte», d’où «la nécessité de la préserver et de l’inculquer à l’école», conclut-elle.
Lounis Ait Aoudia, membre d’honneur de la fondation, a quant à lui, appelé le public, venu nombreux, à applaudir debout «ce moment d’histoire, de mémoire et de reconnaissance».
L’exposition sera visible jusqu’au 3 décembre, et des conférences, rencontres et débats seront organisés tout le long de la semaine afin de commémorer la mémoire et le combat des martyrs et moudjahidine.
Sarra Chaoui