Inauguration du 25e Salon international du livre d’Alger, Aimen Benabderrahmane : «Le défi est d’encourager la lecture»

relever les défis, Encourager l’édition, INCULQUER L’AMOUR DE LA LECTURE chez l’enfant, promouvoir la langue anglaise, et aller vers l’exportation du livre algérien, sont les points capitaux évoqués par le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane, lors de l’inauguration officielle de la 25e édition du Salon international du livre d’Alger (Sila), qui a eu lieu jeudi dernier au Palais des expositions des Pins Maritimes.

Accompagné de la ministre de la Culture et des Arts, le Premier ministre s’est arrêté devant le stand de l’ANP, et celui de la DGSN, où il a salué les œuvres éditées par ces deux institutions, soulignant que le livre est un outil de base pour promouvoir l’histoire de l’Algérie et l’identité nationale particulièrement avant 1830. «Il faut parler de cette période pour contrecarrer ceux qui ont essayé de l’ignorer», dira-t-il. Il faut noter, ajoutera-t-il, que «le taux d’analphabétisme en Algérie était de 13% à l’arrivée du colonialisme français, et a atteint le seuil de 90% pendant la période coloniale, et voilà qu’aujourd’hui ce chiffre a été revu à la baisse, soit 7% grâce aux efforts de l’Etat algérien». Le Premier ministre a insisté sur l’encouragement du lectorat et l’édition électronique, et a invité l’Enag à relancer la série de livres pour jeunes «El Anis». Dans ce sillage, il aussi insisté sur l’importance de traduire en langue arabe les ouvrages qui ont eu un prix Nobel et les éditer, pour les rendre accessibles à tous. Dans un message adressé aux maisons d’édition participantes à ce grand évènement, le Premier ministre a noté : «En tant qu’entreprise, vous devez valoriser les efforts de l’Etat en contribuant à élever le lectorat». Aux éditions Casbah, Aimene Benabderrahmane s’est enquis des ouvrages cinématographiques ceux ayant trait au théâtre.

Renforcer la co-édition
Chez Words Worth Classic, le Premier ministre a annoncé qu’après le Sila, « nous allons commencer la recherche d’imprimeries partenaires pour éditer des livres en langue anglaise en Algérie». «Le nombre d’Algériens qui lisent en anglais augmente, il faut les encourager et renforcer la langue anglaise et surmonter certains obstacles avec l’appui et l’accompagnement de l’Etat», a-t-il ajouté. Il a précisé que le défi aujourd’hui, est d’inculquer l’amour du livre et la culture de la lecture chez l’enfant, conformément aux directives du président de la République Abdelmadjid Tebboune. «Nous encourageons la lecture des livres et non pas sur les écrans tactiles», a-t-il insisté.
A l’Office des publications universitaires (OPU), Aimene Benabderrahmane a souligné qu’il est temps que l’Université algérienne retrouve sa place dans le classement universel. «Il faut valoriser les efforts et les acquis, les vulgariser et les faire connaître, à l’exemple des laboratoires des universités de Blida, Sétif, Oran qui ont suscité l’intérêt de plusieurs délégations étrangères en visite en Algérie». Le Premier ministre a insisté sur l’importance de la coédition avec les pays anglo-saxons et à travailler de concert, pour la promotion de la formation et le niveau du système universitaire algérien. Au stand de l’Organisation nationale de la protection et la promotion de l’enfant, le Premier ministre a instruit sur la mise en place d’un programme interactif arabo-anglais pour renforcer la connaissance et les capacités linguistiques chez l’enfant.
Rym Harhoura