Industrie pharmaceutique : Appel à organiser «El Djazaïr Healthcare» dans  d’autres pays africains

Le président de la Fédération internationale  pharmaceutique (FIP) pour l’Afrique, Prosper Hiag, a appelé ce lundi à Dakar (Sénégal) à organiser le Salon de l’industrie pharmaceutique « El Djazaïr  Healthcare », dont la première édition s’est tenue au Sénégal, dans d’autres  pays africains.

Dans une déclaration à l’APS en marge de la clôture de la première édition  du Salon pharmaceutique « El Djazaïr Healthcare » (17-20 mai 2022), M. Hiag a  encouragé l’Algérie à « poursuivre ses efforts pour l’organisation d’expositions analogues dans les autres pays africains après l’édition  sénégalaise » qui a montré, a-t-il dit, « le niveau atteint par l’industrie pharmaceutique algérienne ». Selon lui, l’industrie pharmaceutique s’est développée en Afrique grâce à  « la volonté politique des pays africains qui, après avoir cerné les besoins  de leurs citoyens en médicaments, ont mobilisé des ressources humaines  qualifiées pour accompagner le secteur et mis les moyens nécessaires ». La coopération régionale dans ce domaine « s’impose comme une évidence pour  libérer les pays du continent de la dépendance en matière de médicaments et  de santé en général », a-t-il soutenu, insistant notamment sur l’importance  de la coopération dans le domaine scientifique, pédagogique et de la  formation. M. Hiag a, par ailleurs, appelé à aider les étudiants africains à  bénéficier de bourses dans les universités algériennes afin de contribuer à  relever le défi auquel sont confrontés les systèmes de santé dans la  région.                                                                                                                    Evoquant la situation épidémiologique liée au Covid-19, il a salué les efforts consentis par les autorités algériennes pour renforcer le système  de santé par la mobilisation de grandes quantités de vaccins, d’un nombre  suffisant de masques de protection et d’importantes quantités d’oxygène et  de solution hydroalcoolique à travers l’intensification de sa production locale, rappelant que l’Algérie a aidé certains pays de la région pendant  la pandémie.