Infrastructures d’accueil : De nouvelles réalisations pour combler le déficit

Afin de booster le secteur du tourisme, les pouvoirs publics misent sur l’essor des infrastructures hôtelières et l’amélioration de la qualité des prestations. Des facilités sont accordées aux investisseurs pour réaliser des projets répondant aux normes et offrant notamment une meilleure qualité de service. Le secteur frappé de plein fouet par la crise sanitaire a néanmoins enregistré la réception de plusieurs nouvelles réalisation, déjà opérationnelles, augmentant ainsi les capacités d’accueil, particulièrement dans les cités balnéaires. C’est, de l’avis des analystes, le moyen idoine pour relancer le tourisme, un secteur qui représente une forte valeur ajoutée, en particulier dans la conjoncture actuelle où le processus de développement et de diversification de l’économie s’accélère. Rien que pour cette année, «39 nouveaux établissements hôteliers d’une capacité de plus de 3.000 lits sont venus renforcer le parc hôtelier au niveau national», a fait savoir le ministre Tourisme et de l’Artisanat, Yacine Hamadi. Dans la wilaya d’Alger, l’on compte au moins une soixantaine d’établissements de différents segments. Ces derniers offrent un choix varié aux touristes et vacanciers. C’est le cas d’El Bahia qui abrite les Jeux méditerranéens. La wilaya d’Oran a réceptionné, selon son directeur de tourisme, «40 établissements hôteliers totalisant 3.500 lits», sans compter les 109 projets touristiques et hôteliers en cours de réalisation. Le parc passe ainsi de 181 à 221 hôtels. La concurrence peut générer, en effet, un élément de différenciation dans le service fourni par les établissements, afin d’accroître leur compétitivité. Par ailleurs, près de 499 établissements touristiques au niveau national ont adhéré au plan de relance de la qualité du tourisme algérien. C’est ce qu’a annoncé le directeur central au ministère du Tourisme et de l’Artisanat, Karim Chikhi. Lors de son intervention en marge d’une conférence organisée à l’occasion de l’ouverture de la saison estivale, il a estimé que ce nombre reste insuffisant, compte tenu de la taille du parc hôtelier qui compte plus de 6.200 établissements.
Il a rappelé au passage que l’objectif du plan est «d’impliquer le plus grand nombre d’intervenants du secteur du tourisme et d’améliorer la qualité des services fournis aux touristes». Au Sud du pays, les professionnels du secteur s’y mettent également. Une opération de rénovation et de réhabilitation de plusieurs établissements hôteliers a été lancée. C’est le cas pour l’hôtel «Tidikelt» dans la ville d’In Salah. Rénové à 100 %, l’établissement propose un maximum d’activités de détente. In Salah, nouvellement promue au rang de wilaya, compte également un autre hôtel et une auberge. Trois projets hôteliers sont en cours de réalisation dans cette région qui regorge de sites archéologique et culturels qui peuvent lui permettre de se hisser au rang «de destination touristique de premier choix».
 Samira Azzegag