Initiative de rassemblement du président Tebboune : Les députés approuvent

L’initiative du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, ne cesse de susciter l’approbation des acteurs politiques. Les députés n’ont, d’ailleurs, pas cessé de le faire savoir à chaque occasion. Ainsi, lors des dernières plénières organisées autour de nombreux textes de loi, les parlementaires ont tenu à mettre en avant les efforts du chef de l’Etat pour unifier les rangs et instaurer un climat de confiance au sein de la nation.

Khelifa Ben Sliman, vice-président de l’APN, député du front El Moustakbal, affirme que la politique engagée par le président de la République, fondée sur la rencontre de l’ensemble des acteurs politiques, a pour principal objectif de rassembler la classe politique autour d’un seul principe : «l’unité nationale». Il estime que le chef de l’Etat est conscient des dangers et des menaces qui guettent le pays. D’où sa vision prospective qui se traduit par ces consultations qu’il a commencé à entreprendre. Ben Sliman pense aussi que cette initiative de la main tendue ambitionne «de consolider le front interne» tout comme elle vise à mettre les politiques devant leurs responsabilités en les consultant et en prenant leurs avis sur les diverses questions brûlantes de l’actualité nationale et même internationale. L’interlocuteur évoque essentiellement les soucis phares de notre économie et l’importance de préserver le pouvoir d’achat du citoyen ainsi que les sujets liés aux préoccupations géopolitiques et que l’Algérie doit aborder avec «vigilance et rigueur» tout en mettant en évidence les intérêts suprêmes du pays. Le député tient à rappeler que le président de la République n’en est pas à sa première initiative, rappelant qu’il prend ce choix à chaque fois que le besoin s’en fait sentir. Il affirme que cela démontre l’intérêt qu’il accorde à la classe politique, qu’il considère comme «un partenaire non négligeable dans la gestion des affaires internes du pays».
La députée Lamia Zebbouchi du parti RND confie, elle aussi, que la démarche du chef de l’Etat et ses discussions enclenchées avec les leaders des partis politiques attestent de sa bonne foi et de sa volonté à raffermir la cohésion nationale. Elle dit que son parti, le RND, approuve ladite initiative qui se veut un «moyen pour rapprocher les différentes visions et associer les formations dans la vie politique, la prise de décision et l’édification de l’Algérie nouvelle». Ali Rebidj, président de la commission de la santé des affaires sociales du travail et de la formation professionnelle à l’APN, accueille aussi favorablement l’initiative du président de la République, soulignant qu’en tant que premier magistrat du pays, il a les pleines prérogatives d’entamer des projets de ce genre visant «à renforcer le front intérieur». Il souligne toutefois que certaines parties demandent à savoir quels sont les mécanismes de son application et les parties concernées par cette initiative.
Rebidj indique qu’il faut clarifier cette question et expliquer à l’opinion publique les contours de la démarche et les acteurs qui auront le droit de prendre part à la conférence nationale annoncée à cet effet et qui sanctionnera toutes ces consultations. Il pense qu’il faut savoir s’il s’agit d’une amnistie ou d’un projet à portée limitée. De son point de vue, «l’urgence serait de bâtir un consensus autour des questions économiques».
Karima Alloun